03/02/2015

Savons-nous écrire les lois ?

 

juges.jpg

 

Nous savons planter les choux, manger de la longeole, déguster le cardon, mais écrire des lois ; j’ai comme un doute.

Un petit truc, si vous êtes fâché contre une loi, pas besoin de référendum.

Vous foncez chez votre avocat et bingo vous faites recours.

L’homme de loi va vous trouver vite fait une virgule oubliée, deux sujets en un, un non respect de l’égalité de traitement, une constitution bafouée et rapidement le devoir sera retourné au gouvernement et au parlement.

Une armée de juriste ne semble pas suffire.

Il y a toujours quelque chose qui cloche.

Vous me direz qu’une majorité des lois sont votées et appliquées.

Mais elles ne sont pas contestées.

Je me demande, si nous avions l’obligation de toutes les soumettre, combien passeraient la rampe ?

Je ne veux pas écorner la séparation des pouvoirs, mais…

Va-t-on voir l’émergence d’une République des juges ?

Entre nous cette cours constitutionnelle, était-ce bien nécessaire ?

Bref, il y a comme un malaise.

 

06:25 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

la loi est une chose mais l'appliquer tout dépendra de l'avocat ,réponse d'un ancien juge à qui je posai la question du jour
très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 03/02/2015

Et ce n'est qu'un début. La conséquence d'une obstination du parlement à vouloir faire avaler un texte ravageur contre l'avis de l'ensemble des gens concernés. Les députés devraient tous être responsables des lois qu'ils votent la tête dans un sac, sans faire leur travail de vérification.
Il n'y aurait plus tant de candidats à la députation, ce serait déjà un premier pas pour faire maigrir un Etat fat et déliquescent.

Écrit par : Pierre Jenni | 03/02/2015

on peut vous rassurer écrire des lois les socialistes adorent cela mais ils seront les premiers à ne jamais les appliquer
on l'a vu dans nos déchetteries quitte ensuite à se traiter d'imbéciles car ayant oublié qu'ils avaient été eux mêmes les initiants du foutoir actuel qui les fait grincer des dents de mécontentement
Déjà qu'avant personne ne les prenaient au sérieux désormais on s'en tape une tranche de rire en les voyant chercher le container adapté à leurs déchets et rouspéter intérieurement face à leur fantasme d'un monde qui de propre et surtout en politique ne l'a jamais été sinon cela se saurait depuis très longtemps
On sait tous que les maniaques de la propreté cachent un complexe quelconque ,il suffit juste de gratter le vernis des apparences

Écrit par : lovejoie | 04/02/2015

"L’homme de loi va vous trouver vite fait"

Et vous êtes incapables d'en faire autant ??

Écrit par : GiPi | 04/02/2015

"Entre nous cette cours constitutionnelle, était-ce bien nécessaire ?"
Je me pince en lisant cette ligne. Le parlement vient de se prendre une belle claque avec un arrêt de 43 pages qui annule le vote du 27 mars 2014 de la loi sur les taxis.
Faut-il rappeler que ce même parlement a tenté de bricoler une loi d'urgence pour contourner son obligation de respecter la constitution cantonale et fédérale ainsi qu'une loi cantonale.
Quand on observe que le parlement est capable de violer trois textes et de magouiller en sus pour faire passer la pilule, on ne peut que se réjouir de disposer enfin d'un outil qui mette la bride à nos élus largués ou mal intentionnés.
Non, vous ne voulez pas écorner le principe de séparation des pouvoirs, vous rêvez simplement de pouvoir faire ce que vous voulez impunément en méprisant nos plus beaux outils.

Écrit par : Pierre Jenni | 04/02/2015

Savons-nous écrire ou laisser écrire des lois?

A fins électoralistes (cumul des voix)! sans aucun doute

Faire entrer en l'UE de façon biaisée un pays qui par votation ne l'accepterait jamais, itou.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/02/2015

Et que penser de vos propos lors de cette journée mémorable du 27 mars 2014 :
"M. Bertrand Buchs. ...et on avance de nouveau très lentement. Je voulais juste dire que j'en ai assez de siéger sous la menace constante, et que le rôle du parlement c'est d'être indépendant vis-à-vis de tous les groupes de pression. Le Grand Conseil doit prendre sa décision indépendamment, et si les citoyens ne sont pas d'accord, eh bien ils peuvent lancer un référendum."

Quels sont ces groupes ? des noms please ! Ce ne sont en tous cas pas les taxis qui ont tout fait pour tenter d'informer les députés sur l'aberration de créer, à notre époque, un nouveau monopole d'Etat alors que surgissent des sociétés étrangères comme Uber qui violent impunément toutes les lois.

Vous ne connaissez pas le sujet et pourtant vous votez. Vous faites confiance à vos représentants en commission qui eux aussi n'ont rien compris après trois ans de travaux. Il faut reconnaitre à leur décharge qu'il n'ont participé qu'à un bout du processus puisque les commissaires changent comme les chemises ou les chaussettes.

Et vous demandez de venir devant le peuple alors que personne n'y comprend rien ? Et pour quel prix ? Savez-vous combien coûte un référendum à la collectivité ?

Je vous défie de venir débattre du sujet des taxis, sur lequel vous avez pris position, chez Décaillet. Chiche que vous n'oserez pas !

Écrit par : Pierre Jenni | 04/02/2015

Les commentaires sont fermés.