25/02/2015

Comment faire simple ...

 

constitution2.jpg

 

Jeudi dernier, le Grand Conseil a décidé de changer la Constitution pour permettre à la Cour des comptes de réviser les comptes de l’Etat.

Je reviendrais dans un autre blog sur la question de fond.

Mon propos d’aujourd’hui se situe sur la forme.

Pourquoi devoir changer la Constitution alors que son article 222 al. 2 permet déjà à la Cour des comptes de faire cette révision.

Donc, le Grand conseil a décidé de demander au peuple de voter en novembre (tout changement de la Constitution oblige le vote des citoyens) alors qu’une simple modification de la loi sur la Surveillance suffisait.

Le Conseil d’Etat suggérait cette modification.

Il n’a pas été entendu.

Résultat un vote inutile qui va coûter entre 200 000 à 300 000 francs.

Encore une preuve du dysfonctionnement du Grand conseil.

Il n’a toujours pas compris ce qu’était une Constitution et il désire faire le travail du Conseil d’Etat.

Les Conseillers d’Etat assistent impuissant à un combat d’égo avec des partis qui n’arrivent plus à faire respecter un minimum de cohésion dans leur groupe.

Si le gouvernement dit blanc alors on répond obligatoirement noir.

On n’est pas sorti de l’auberge.

 

07:09 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Vous avez parfaitement raison. Le Grand Conseil méconnaît et néglige sa mission. On ne parle plus, chez ces gens-là, que de comptabilité. Le principe de base de la séparation des pouvoirs est faussé, et perverti par le contrôle des finances, dont le Grand Conseil abuse, sans conscience de la gravité du disfonctionnement démocratique qu'il crée ainsi. Les grandes questions - c'est à dire les seules qui sont importantes pour l'avenir de notre société - font peur au Grand Conseil : il les renvoie...à qui voudra bien y réfléchir, voire à n'importe qui ! Ceci étant, la cour des comptes se prend aussi pour le Conseil d'Etat. (Bon, en plus pittoresque, avec lancer de seaux d'eau et baux somptuaires, et en largement moins compétent, ce qui, à la réflexion, est un exploit...)

Écrit par : Père plexe | 25/02/2015

Sur la forme donc: l'art. 128 affirme le principe d'indépendance de la Cour des comptes

Nier ce grand principe d'indépendance = Forme de débordement du pouvoir législatif du Grand Conseil

Écrit par : genevois déshérité | 26/02/2015

Les commentaires sont fermés.