10/04/2015

Le mélange des genres

 

HUG.jpg

 


Rien ne va plus à l’Hôpital Cantonal. Le Conseil d’Administration et la presse désirent faire et défaire les nominations des professeurs.

On atteint le surréalisme politique lorsque la RTS demande, dans Forum, l’avis de Roger Gollay, président du MCG, sur la question de qui mettre à la tête du département d’orthopédie.

Un grand moment de solitude et d’incompétence.

Pensez-vous que l’EPFL demande l’aval de la Confédération ou du canton de Vaud pour décider d’un engagement ?

A force de vouloir prendre local, on appauvrit clairement une faculté.

La Faculté de médecine doit être ouverte sur le monde.

Pour rester compétitive, il faut que des personnes du monde entier désirent postuler lorsqu’un poste est mis au concours.

Que font Harvard, Duke, le MIT, Columbia ? Et bien ils ne regardent pas si le candidat est d’abord américain. Ils s’en moquent.

Il faut de sang neuf pour avoir un regard différent sur les pratiques. Penser autrement est souvent essentiel dans un milieu académique.

Alors que diable, laissons à la Faculté de médecine et au rectorat la liberté de nomination et revenons à la pratique qui fait que le CA des HUG entérine la décision de ces deux instances.

J’ai fait partie de nombreuses commissions de nomination comme représentant de l’Association de Médecins de Genève. A chaque fois mon rôle était de rappeler que le nouveau chef devait travailler avec le tissu médical genevois et en bonne harmonie avec l’équipe en place. Je me suis opposé à toutes les personnes qui semblaient venir de Mars et désirait rester sur Mars.

Faisons attention à ce que notre hôpital universitaire ne devienne pas un hôpital de district.

11:02 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Cher M. Buchs,

Je me réjouis d'en débattre avec vous ce soir sur Léman Bleu, à Genève a Chaud.

Excellente Journée à vous.

Thomas Bläsi

Écrit par : Thomas Bläsi | 13/04/2015

Les commentaires sont fermés.