05/05/2015

Un départ inévitable.

 

kalangos.jpg

 

Créer un centre romand de chirurgie cardiaque pédiatrique fait sens.

Avec une vraie direction médicale, sans devoir tout répartir sur deux sites, semble logique.

Genève et Lausanne sont condamnés à mettre en commun leur compétence. Leur bassin de population est trop petit pour pouvoir, chacun de leur côté, développer des centres de compétence en médecine de pointe.

Malheureusement le professeur Kalangos doit partir.

Sa décision de démissionner doit être respectée. Il a compris qu’il n’avait pas sa place, qu’il ne pouvait pas avoir sa place.

La presse people a depuis longtemps fait son choix.

Tout est médiatisé, iconisé.

Un grand chirurgien devient l’égal d’un acteur connu ou qu’un sportif de haut niveau.

Un stress supplémentaire à la gestion d’une vie déjà compliquée et usante.

 

06:47 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Monsieur Buchs votre article reflète un mal être qui doit être pandémique si l'on se réfère à ce qui se passe dans un autre canton ou semble t'il malgré de nombreux départs on va se retrouver à la case départ comme à une certains époque ou une dame célèbre fit grand bruit chez nous
Ils sont ou tous ces professeurs en médecine qui savaient faire entendre leur voix face aux médias ?
Car ce matin jugeant de la situation qui fait de plus en plus grincer des dents les habitants de notre canton ,on va finie par croire que le mot Unique se généralise en Suisse Romande
Pensée unique ,hôpital unique bref le système chinois dans toute sa splendeur et ses tourments
Très bonne journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 05/05/2015

"lovejoie" veut certainement parler de Valérie Garbani ... au fait qu'est-elle devenue depuis son arrivée à Genève, dans les services de Sandrine Salerno, à la GIM ?

Toujours alcoolique et violente ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 05/05/2015

On ne parle que de chirurgie cardiaque pédiatrique. C'est ce qui intéresse Prêtre et c'est là qu'il excelle. Et la chirurgie cardiaque pour adultes ? Un trou noir...et des regrets de circonstance pour Kalangos, peut-être pas vraiment l'homme de la situation. Reste à se demander pourquoi Zurich n'a jamais songé à faire du Suisse de l'année le patron de la chirurgie cardiaque. A Genève, va-t-on les confier à Murith ?

Écrit par : Jürg Bissegger | 05/05/2015

Oui c'est triste, le gateau est trop petit et Kalangos doit exercer ailleurs. Il est vrai qu'à moins de 300.000 Frs par mois, le lanceur de couteau ne lève pas son cul de la chaise. cela dit c'est le premier à dire que les assurances se sucrent sur son dos.

Écrit par : Anastase | 05/05/2015

Les commentaires sont fermés.