17/06/2015

Et si ....

qui vive.jpg

 

Encore un rapport sur l’affaire Adeline.

Encore un rapport qui sème le doute, qui contredit, qui a pris son temps.

Il n’y a pas eu d’erreurs.

Il n’y a pas eu de mauvaise gestion des risques.

Le SAPEM a fait juste, la directrice de la Pâquerette a fait juste, l’hôpital a fait juste, mais Adeline est morte.

Reste le rapport de la commission d’enquête parlementaire cet automne.

Le pire qui peut arriver, pour la famille, pour les amis, c’est de finir par conclure que « c’est la faute à pas de chance ».

Et si le coupable n’était pas la routine, l’absence de supervision, le train-train quotidien, le respect des règles appliquées sans mise en perspective, la banalisation du danger.

Sachant que le pervers est celui que l’on suspecte le moins, il aurait fallu que pour toutes sorties on suive le simple bon sens.

Jamais seul.

Jamais sans système d’alarme et de géolocalisation.

Jamais sans contrôle des achats.

Toujours rester sur le qui-vive.

06:59 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Mais mon cher Bertrand,

Nous connaissons tous les coupables, ce sont les médecins qui on failli a leur tâche MAIS comme nous le savons tous ils ne seront pas inquiétés puisque vous y veillerez personnellement dans la mesure où vous êtes parvenu à éjecter tous les membres de la commission parlementaire qui vous gênaient avec moult arguties formelles. Vos chers confrères peuvent dormir sur leurs deux oreilles et compter les points de tarmed en toute innocence. On pourra aussi compter sur la bienveillance de Monsieur Unger, camarade de parti et cher confrère par ailleurs. Tout va bien se passer!!!

la médecine est un art difficile quand ça foire et une science lorsque cela réussi. Pourquoi diable voulez-vous que cela change ?

Vous parviendrez à faire planer le doute sur la personne qui a vendu la voiture alors que le mécanicien a raté un service.

Écrit par : Anastase | 17/06/2015

c'est très politiquement correct de prôner le risque zéro, mais c'est une vaine promesse. dans n'importe quelle activité humaine.
tout filet de sécurité a sa faille, surtout pour un psychotique dont les processus mentaux défient la logique.
à part les mettre au cachot, nus et enchaînés, il faudra toujours compter avec la possibilité d'une autre catastrophe, tôt ou tard.
le petit risque qu'ils font courir à la société n'est pas une raison pour les abandonner tous à leur pathologie. aussi terrible que soit ce fait divers.
n'oublions pas non plus que le premier coupable reste quand même le meurtrier, un dissimulateur, une personne de mauvaise foi, pas ceux qui essayaient de le soigner.

Écrit par : agacé | 17/06/2015

Cher Anastase,
Nous sommes habitués à vos mensonges et à votre théorie du complot, mais là vous poussez le bouchon un peu loin.
1.Bertrand Buchs n'est pas membre de la commission d'enquête parlementaire.
2 Il a critiqué durement l'hôpital et continue à le faire.
3. Il s'agit ici d'un rapport sur le SAPEM.
4. Les députés éjectés de la CEP l'ont été pour leurs liens évidents avec l'affaire.
ABE

Écrit par : FACTS | 17/06/2015

@ fact

1) je n'ai jamais dit que Buchs faisait partie de la CEP. Par contre son grand mi Maître oui
2) Il critiqué l'administration de l'hôpital mais jamais les médecins qui ont pratiqué l'expertise. Il s'en est bien gardé
3) Le rapport porte sur la SAPEM mais la commission examine l'ensemble des questions liées à l'affaire
4)Les députés exclus l'ont été paarce qu'ils faisant partie du Conseil d'administration des HUG pas parce qu'ils étaient liés à l'affaire


En résumé vous êtes un crétin prétentieux qui pense donner des leçons mais c'est raté.

Écrit par : Anastase | 17/06/2015

Cher Anastase,
Juste cette petite remarque . il n'y a jamais eu d'expertise psychiatrique et c'est là que se situe le nœud de l'affaire.
Donc je ne protège personne et vous me faites trop d'honneur en pensant que ma pe4tite personne est capable, à elle seule, d'exclure des membres de la CEP.

Écrit par : Bertrand Buchs | 18/06/2015

Et si c'était Anastase le crétin ?

Écrit par : M. Constantin | 18/06/2015

Un psychopathe est condamné pour avoir agressé une jeune fille avec un couteau, et l'institution l'envoie en balade seul avec une jeune fille et un couteau...

Que dire de plus ?

On peut broder ceux qu'on pour noyer le poisson, trouver des excuses bidons, mais quand ça en a la couleur et l'odeur, c'est que c'en est !

Écrit par : Eastwood | 19/06/2015

La politique aura de nouveau prévalu dans toute cette affaire, décidée à n'être jamais élucidée tant la qualification des faits est mal faite du "début à la fin".

Les hauts fonctionnaires et le politique s'en tirent à bon compte et les victimes de l'Etat sont abandonnées à leur triste sort.
Une honte pour une des sociétés qui se targue parmi les plus évoluées et civilisées au monde!

Écrit par : Kefir | 20/06/2015

Les commentaires sont fermés.