01/07/2015

Méfions-nous de la pensée unique !

Cornavin.jpg

 

Dans un enthousiasme rare, la majorité du Grand conseil avait soutenu l’agrandissement de la gare Cornavin en sous-sol.

Notre décision se baisait sur des promesses de la part des « experts » qui démontraient que cela serait moins cher qu’une extension en surface. Les CFF le confirmaient.

Seul 3 députés avaient osé s’y opposer.

Et patatras c’est 400 millions de plus (avec une marge d’erreur de 30 %) complètement à la charge du canton.

En sachant que de toute façon le canton devait déjà avancer 400 millions, nous sommes maintenant au minimum à 800 millions.

Et comme le dit le Conseiller d’Etat Dal Busco, sur son profil Facebook, nous n’avons plus les moyens de nos projets d’investissement.

Il faut donc tout remettre à plat et rediscuter d’autres possibilités.

Le trafic ferroviaire va augmenter, simplement avec l’arrivée du CEVA. Si nous voulons que les genevois et les frontaliers le prennent, il faut des cadences  au minimum au quart d’heure. La gare de Cornavin, dans son état actuel, ne le permet pas. Une solution doit donc être trouvée.

C’est pour cela que la construction d’un tronçon entre l’aéroport et la ligne Genève Lausanne permettant aux trains de ne pas repasser par Cornavin doit être réétudiée en priorité.

Cette réalisation permettra en outre de prévoir une zone industrielle après l’aéroport, dans la région de Collex-Bossy, projet qui avait été suggéré par l’architecte Pictet.

Cette nouvelle zone industrielle pourrait servir à relocaliser les entreprises présentes sur le site du PAV.

Ne fermons pas les portes à cette alternative.

Lançons une étude pour en connaitre les coûts (l’ingénieur Weibel parle de 600 millions, entièrement à la charge de la Confédération, puisque Berne a déjà décidé d’avancer 800 millions).

Ne nous braquons pas, soyons capables de changer d’avis.

06:31 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

La ZIMEYSA* est bien plus importante en terme de nombres d'emplois.
Ne faudrait-il pas en parler ?

*Zone Industrielle Meyrin Satigny

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 01/07/2015

Monsieur, je me félicite que vous appuyiez ma demande, qui n'est pas que Genève réalise mes idées, mais que Genève les examine avec attention.

Écrit par : weibel | 01/07/2015

Bravo !

Écrit par : Pierre JENNI | 01/07/2015

Il serait temps que le canton de Genève soit mis sous tutelle de la Confédération. Il se comporte comme un fils à papa qui n'arrive plus à gérer ses excès.

Écrit par : norbert maendly | 01/07/2015

Les commentaires sont fermés.