02/07/2015

On se calme...

calme2.jpg

J’ai un peu de la peine à suivre. Cela part dans toutes les directions. On communique, annonce, teste, râle, critique à tout va. Aucune cohérence, aucune cohésion.

Cela fait pop, pschitt comme dans la chanson.

Et on redoute le lendemain.

Un coup de chaud, une durite qui lâche, un coup de com…

Madame et Messieurs du Conseil d’Etat, il va falloir redescendre sur terre.

Laissez aux parlementaires les effets d’annonce, les déclarations baroques, les plans sur la comète, les solutions miracles.

Vous n’êtes pas là pour cela.

La population attend de vous ; sérieux et travail d’équipe. Un pour tous, tous pour un.

Quelles sont les priorités ?

Quelles sont les risques systémiques ? (et là je pense fortement à la caisse de pension de l’Etat)

Quelles sont les moyens pour les financer ?

La mobilité, la réforme de l’imposition des entreprises, le chômage, la formation.

Comment faire et avec quoi.

Clairement, il va falloir trouver de nouvelles sources de financement.

La fiscalité ne va pas pouvoir pourvoir à tout.

Faire payer l’usage ?

Abandonner certains grands projets ?

Choisir entre l’agrandissement de l’autoroute de contournement et la traversée du Lac ?

Réformer la caisse de pension ?

Tout cela se discute à tête reposée avec les partis.

On négocie, on avance et à la fin on communique.

Il va falloir accepter de perdre dans son département pour gagner tous ensemble.

Depuis des années, les députés demandent que l’Etat arrête de travailler en silo.

Nous voulons du transversal, ce qui veut dire des projets communs à plusieurs départements.

A l’arrivée, rien.

Juste une anecdote qui résume bien cette façon de faire. L’absence du Conseil d’Etat lors des séances du Grand conseil. Les CE viennent les uns après les autres, restent le temps minimum pour répondre et repartent en courant.

Chacun pour soi.

Si on continue comme cela, on va droit dans le mur.

13:17 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Fait pas bon être Conseiller d'Etat de nos jours.
Si vous ne communiquez pas on vous accuse de dormir et lorsque vous tentez d'expliquer ce que vous faites, ou lorsque vous lancez des sondes sur des idées, on vous accuse de planer ou de partir dans tous les sens.
J'ai de plus en plus l'impression que la politique est l'art d'accommoder les restes. Et encore plus depuis que vous avez reconnu que c'est l'économie qui donne le ton.

Écrit par : Pierre JENNI | 02/07/2015

Je n'ai, pour ma part, aucune leçon à donner à personne. Plus je vieillis, plus je me rends compte que quand on est paumé, on a besoin d'une directive. Allez, soyons fous : "Aime ton prochain comme toi-même." Just try.....

Écrit par : jerjo | 02/07/2015

Surtout qu'avec les gros tadiers du PDC comme Barthassat, on est pas aidé. Quel ahuri ... Mon Dieu. C'est vraiment un incapable ce monsieur, voilà t'y pas qu'il veut instaurer un octroi pour les frontaliers ce pignouf.

La connerie é ce niveau là c'est un art.

Écrit par : Anastase | 02/07/2015

Très bien écrit M. Buchs.
Ça donne effectivement l'impression d'une immense cacophonie. L'ère du grand argentier Hiler est belle et bien révolue.
La question qui se pose surtout : A quoi sert le président ? Ces collègues se permettent de faire des annonces stupides en pleine construction de notre agglomération ou des publications donneuses de leçons sur les réseaux sociaux, c'est affligeant...vraiment.
Alors que la nouvelle constitution visait précisément à avoir un capitaine sur la navire tout au long de la législature, il n'en est rien.
C'est au niveau de la présidence du CE qu'il y a un problème, il doit jouer le rôle de rassembleur et à priori ça ne fonctionne pas !

Écrit par : jacphil | 03/07/2015

La siloisation de l'Etat s'est accrue il y a quelques. années et c'est de pire en pire. La notion même de transversalité n'existe plus, elle a été enterrée avec l'apparition du budget par prestations et "l'inutilité comptable" à travailler pour le bénéfice d'un autre Département. Je pourrai vous citer cent exemples. Ajoutez-y chez certains l'égocentrisme et la promotion de l'image personnelle avant le reste , et vous aurez réuni tous les ingrédients.

Écrit par : Jean-Charles Magnin | 03/07/2015

Les commentaires sont fermés.