26/08/2015

le congé de paternité : une évidence

paternité.jpg

 

Pas terrible, la cacophonie qui règne au sein de mon parti, le PDC.

Il me semble que nous sommes retombés dans nos vieux travers à savoir changer d’avis comme de vieilles chemises.

Pas terrible au seuil des votations fédérales.

Le chef part et les souris dansent.

Le congé paternité, une idée remise en avant par un conseiller national d’avenir et combattu par un vieux barbon, qui lui s’en va.

Le congé de paternité est une évidence. Il faut soutenir le fait d’avoir des enfants. Il faut plus valoriser les parents.

Cela coûte, quel bel argument !

J’ai passé deux ans de ma vie à faire mon service militaire. Cela a coûté à mes employeurs, mais c’était normal et juste !

Deux semaines de congé de paternité, impossible. On se moque de nous.

Trouver de l’argent pour faire des travaux d’infrastructure, routes, ponts, tunnels ; normal. Trouver de l’argent pour permettre aux familles de miser sur l’avenir, d’apporter leurs contributions à la construction de ce pays. Impossible.

On marche sur la tête.

Nous sommes le parti qui doit défendre toutes les familles.

Qui doit en faire son thème de campagne et non courir après l’UDC.

Dans la défense de toutes les familles, il y a les familles syriennes qui doivent fuir, dans des conditions horribles leur pays.

Il y a les familles monoparentales qui ont de gros problèmes et qui sont les plus précarisées.

Il y a les familles recomposées, les familles avec des parents du même sexe.

Remettons la famille, toutes les familles, au centre de notre politique.

Et discutons de tous les problèmes de ce pays à partir de ce noyau familiale (sécurité, éducation, santé, mobilité, emploi…)

Parions sur l’avenir et non sur la peur.

07:14 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Non mais c'est quoi cette société où l'enfant ne compte pas?
Où les pères comptent pour beurre
Où les familles diverses et variées n'ont pas la reconnaissance auxquelles elles ont droit.
Où bientôt on
Accouchera sur son lieu de travail car cela coute trop cher pour l'état de payer un congé maternité.
Continuons achetons des canons.
Dans ce canton les familles monoparentales ont que peu de soutien et je sais de quoi je parle.
Voila Bertrand c'était Mon coup de gueule
Merci pour ton post il fait du bien d'un voir un être humain se préoccuper de ses semblables

Écrit par : Isabelle Descombes | 26/08/2015

Il ne suffit pas de changer de vieilles chemises encore, entre-temps, faut-il voir à les laver.

Est-ce le congé qui fait le père?

Le problème était celui de la mère de retour avec un nouveau-né.
Familles présentes, (les couples ne travaillaient pas les deux, la grand-mère avait du temps).

L'époux-père repartait au travail, fêté, complimenté, heureux de retrouver ses camarades puis rentrait, émerveillé, pressé de contempler le bébé... de le prendre dans ses bras voire de donner un coup de main.

Vinrent nos brillants philosophes, leurs versets sur la mort de Dieu (l'"amour tissu de l'univers", cependant, dit bien quelque chose qui va dans le sens du divin, ou du ravissement...) leurs versets, également sur le "paternalisme"!

Familles éclatées: qui n'a pas sa carte de visite?!

Les enfants, que cela leur plaise ou non, n'ayant que le devoir de comprendre les parents sans avoir rien à dire.

Il n'y a pas que l'argent!
L'argent, moyen, oui.
Mais but?

L'Etre pour l'avoir ou l'avoir ou l'Etre?

L'amour, un temps, fut dit accompagner la sexualité.

Puis nié. A ne pas confondre.

Vu, de manière impartiale, les résultats comment s'étonner que de vieux "barbons" (au masc. comme au fém.) à la sexualité sans amour préfèrent l'amour sans sexualité (par ailleurs façon de parler puisque tous situés entre attraction et répulsion nous vivons sans cesse... la sexualité.

En fait de "congé de paternité une évidence" permettez à quelqu'un qui fut du métier des éducateurs d'affirmer qu'il serait infiniment plus "évident" de soutenir mieux les parents en difficultés socio-économiques, affectives ("climat"/ambiance familiale, scolaire)... au lieu de légiférer sans cesse à tort et à travers.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/08/2015

Les commentaires sont fermés.