04/09/2015

Chaud-froid...

chaud.jpg

 

Le Grand-Genève est-il encore aux soins intensifs ou en voie de guérison.

Deux nouvelles :

La première venant du Dr. MCG qui désire tuer le malade en tirant la prise (initiative pour garder l’argent rétrocéder à la France).

La deuxième, des élus genevois, vaudois et français qui veulent le transférer dans un centre de réhabilitation pour qu’il débute sa convalescence.

La mobilité sera l’élément qui va permettre de construire le Grand Genève. Cela va probablement se faire par le bas. Les usagers vont créer eux-mêmes cette structure que les politiques ont décidé de mettre de côté par trouille.

Le covoiturage est un des signes de guérison et il est bon de voir ensemble des conseillers d’Etat et des députés français promouvoir une plateforme informatique pour permettre de simplifier la vie des pendulaires.

Mais, il faut aller plus loin et donnant la priorité, sur la route, aux personnes qui utilisent ce service.

Il faut également que le Conseil d’Etat nous dise ce qu’il prévoit de faire comme investissements prioritaires.

Quelle ligne de tram ?

Quelle ligne de bus à haut niveau de service (bus rapide sur des voies dédiés sans arrêt de la frontière au centre ville) ?

Il va falloir sortir du bois.

Prendre des risques, penser l’avenir.

Sans arrière pays, Le Canton de Genève est ne pourra pas poursuivre sa croissance.

Sans arrière pays, nous sommes condamnés à rester aux soins intensifs.

06:48 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Les commentaires sont fermés.