09/09/2015

Le roi est nu...

Roi.png

 

Le projet de budget 2016 présenté hier par le Conseil d’Etat est préoccupant.

Cette année, pas de recettes exceptionnelles, de cessions de terrain, de part de bénéfices de la Banque nationale, bref tout ce qui permettait de maquiller la réalité.

8000 habitants de plus et des recettes fiscales en nette diminution ?

Une augmentation de la dette de 350 millions et un déficit de 70 millions.

Des charges qui augmentent.

Des fondamentaux qui ont franchement mauvaise mine.

Des mesures ont été annoncées avec pour but de réduire de 5 % les charges de personnel (42 heures de travail hebdomadaire, non-renouvellement de départs naturels, encouragement du travail à temps partiel), mais elles ne sont pas imposées, elles seront négociées, donc au final…

Mais rien sur ce qui pose problème, soit un Etat trop gros, trop cher, doublé d’une ville de Genève et de communes qui ont les mêmes problèmes.

Quid de la mise à plat des devoirs des communes et de l’Etat, avec pour moi non pas une opération blanche mais un transfert de compétences et de charges.

Quid d’une réforme de l’administration avec la suppression de certains services.

Quid de la relation entre les régies publiques et l’Etat (à part de piquer dans la caisse des SIG et de la fondation des parkings) ?

Faut-il continuer à être propriétaire de l’aéroport ?

Fait-il continuer à s’occuper de Palexpo ?

Mais le plus grave, ce sont les investissements qui ne sont financés qu’à 47 %.

Vu que plus de 90 % des ces derniers sont obligatoires car les travaux sont en cours, si vous voulez éviter d’augmenter la dette et bien il va falloir ou drastiquement les diminuer (ce qui veut dire ne pas mettre en route ce qui a été prévu) ou augmenter les taxes ou impôts.

La situation est grave, j’appelle à des états généraux, une réunion en conclave des partis et du Conseil d’Etat, pour accoucher d’une proposition de réforme de l’Etat qui soit soutenue par une majorité.

06:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Mauvais fondamentaux économiques, un État genevois en état d'obésité morbide, sans aucune volonté réelle de maigrir, une dette abyssale et des taux d'intérêts qui ne peuvent que prendre l'ascenseur, voilà pour le tableau clinique, en toute lucidité.
Mais la gauche détient la solution: 'Il n'y a qu'à augmenter taxes et impôts!'.
Sauf que tout hausse d'imposition aura pour effet une diminution des recettes fiscales et non pas une hausse de ces mêmes recettes. En effet, le taux d'extraction maximum a d'ores et déjà été très largement atteint à Genève et nous nous situons, dès lors, sur une courbe de rendements décroissants.
L'heure est grave et votre proposition pleine de bon sens.
On ne peut que adhérer.

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 09/09/2015

quid des dépenses sociales: à quand une refonte des règlementations des aides sociales & ayant-droits, aux débordements hors cadre

aucun parti ne s'en préoccupe? quelqu'un pour avancer?

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 09/09/2015

Les commentaires sont fermés.