14/09/2015

On peut le faire !

do it.png

 

La situation financière de l’Etat permet-elle d’attendre avant de prendre des décisions courageuses ?

La dette augmente, les charges également, les rentrées fiscales baissent et les investissements ne sont autofinancés qu’à 47 %.

La réforme de la fiscalité des entreprises devra être entreprise rapidement et va encore plus obérer les comptes cantonaux.

Alors une réduction de 5 % des charges de personnels est-elle suffisante ?

Non.

Le Conseil d’Etat doit être courageux et imposer trois mesures.

Premièrement revoir complètement le financement de la caisse de pension du personnel de l’Etat en s’alignant sur les conditions du privé et deuxièmement déléguer aux communes certaines tâches (mobilité, soins à domicile, culture) sans obligatoirement déboucher sur une opération blanche (le canton doit faire des économies et les communes devront plus participer à l’effort commun).

Cette deuxième proposition obligera les communes de mieux gérer leur finance et dégageant des priorités, en mutualisant leurs équipements et peut-être en encourageant leur fusion.

Troisièmement en permettant de débuter que les projets qui sont complètement autofinancés.

18:10 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Bonsoir Dr Buchs,

Les deux premières mesures que vous proposez pour améliorer la situation financière de l'Etat m'interpellent au plus haut point.

-a) Vous demandez de "revoir complètement le financement de la caisse de pension du personnel de l’Etat" ... Mais auriez-vous oublié que le peuple genevois a récemment approuvé, en date du 3 mars 2013, la nouvelle loi "LCPEG" (Loi instituant la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève) contre laquelle un référendum avait été lancé ?
Ce faisant, le peuple genevois a accepté que l'Etat recapitalise la Caisse à hauteur des exigences de la couverture fixée par la Confédération. Il va de soi que cette recapitalisation, qui se fera par paliers et sur plusieurs années, charge considérablement les finances de l'Etat, mais c'est une décision populaire, donc souveraine. Par conséquent je ne vois pas l'Etat défaire aujourd'hui ce que le Souverain a décidé il y a deux ans et demi ...
http://www.ge.ch/grandconseil/data/loisvotee/L10847.pdf

-b) Vous suggérez de "déléguer aux communes certaines tâches (mobilité, soins à domicile, culture) sans obligatoirement déboucher sur une opération blanche (le canton doit faire des économies et les communes devront plus participer à l’effort commun)". Certes, mais on se heurte ici aux domaines de compétences respectifs Etat et communes. Une thématique qui a elle aussi été traitée récemment par la Constituante. La nouvelle Constitution genevoise qui en est résultée et que le peuple a acceptée le 14 octobre 2012 - il y donc moins de trois ans - n'est pas très ambitieuse s'agissant des rôles et compétences respectifs entre l'Etat et les communes. On paie aujourd'hui cette pusillanimité de la Constituante. Par conséquent, je ne vois pas comment l'Etat pourrait imposer aux communes des charges qui ne leur incombent pas ...

En matière de finances publiques, il n'y a pas de miracle. On peut certes augmenter l'efficience de l'Etat, mais ces mesures n'auront que peu d'impact sur les finances proprement dites. Pour le reste, il faut soit diminuer les prestations et rééchelonner les investissements, soit augmenter les impôts, ou jouer sur les deux termes de l'équation à la fois. Mais qui serait assez fou en cette veille d'élections - même si elles sont fédérales - pour évoquer une réduction des prestations de l'Etat ou/et d'augmenter les impôts ?
Parlez-en à l'oreille de M. Serge Dal Busco ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 14/09/2015

Je propose d'autres mesures d'urgence.

Une hausse de 20 % des impôts sur les pratiques médicales privées y inclues les cliniques et les officine assimilées.Obligation générale d'utiliser des medicaments génériques.
Une taxation sur les operations boursières
une meilleure repartition des charges entre les communes. Il n'est pas acceptable que des communes comme anières, cologny, vandoeuvre s'enrigissent alors que meyrin vernier s'appauvrisssent alors qu'elles supportent l'essentiel des charges.

taxation d'office des notaires et autres parasites du système qui vivent grâce à des privileges dignes du Moyen-Age.

Gel de tous les projets liés au sport et autres actvités inutiles avec un report partiel sur la culture.

Taxation à 60 % de la fortune sur le principe que celui qui ne travaille pas ne mange pas.

On va y arriver !!!

Écrit par : Anastase | 15/09/2015

Quid du budget dépenses sociales ? du budget & contrôle de l'hospice général?

à quand motions pour révision, encadrement & contrôle du tourisme social?


libre circulation = tout citoyen européen peut choisir son lieu d'établissement
Tourisme social = tout citoyen européen peut réclamer les prestations sociales du pays de son choix sans y travailler ou après peu de temps et plus du tout.


2014 la cour de justice européenne avait fixé les règles du tourisme social dans la zone de libre circulation

Sept 2015, confirmation de la CJE.

merci & bon courage au boulot (je ne supporterais pas 10 min. de travail sous l'actuelle ignare, grossière et arrogante autorité)


http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/11/11/la-justice-europeenne-se-prononce-contre-le-tourisme-social_4521754_3214.html

http://www.boursorama.com/actualites/la-justice-europeenne-s-en-prend-a-nouveau-au-tourisme-social-7c54306b8c08a26ae8976c9077da5445?google_editors_picks=true

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 16/09/2015

Les commentaires sont fermés.