29/10/2015

La formule magique a bon dos...

Widmer.jpg

 

Que des louanges.

La meilleure, une excellente Conseillère Fédérale et pourtant…

Bon débarrât Madame Du Mollet, partez vite et loin, vous n’êtes plus formule magique compatible.

Et pour quelle raison !

L’obligation d’adouber un UDC.

Mais on se moque du monde et même mon Président bien aimé, Monsieur Darbellay, se renie.

Tétanisé par le résultat des élections fédérales.

Bigre 11 sièges de plus, la panique à bord, vite la place, un coup de chiffon et Monsieur X pourra prendre ses aises (Monsieur parce qu’une dame à l’UDC ce n’est pas pour demain).

Cette formule machin chose, c’est dans la Constitution ?

Le PDC a manqué de courage politique.

On ne change pas de ligne au milieu du gué. On reste droit dans ses bottes.

On gardait Madame Widmer-Schlumpf et on demandait, poliment, au PLR de céder un siège.

Et oui, le Centre (PDC, PBD et Verts libéraux) font plus de sièges que le PLR.

CQFD.

C’est une formule magique autant logique qu’une autre.

La peur est toujours mauvaise conseillère.

13:21 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Sauf qu'énumérer des composantes n'a jamais fait un ensemble. Si le centre voulait agir comme une entité alors qu'il l'annonce avant les élections. Là on et dans la manipulation post-résultats. Et EWS ne représentait personne à part elle-même. Donc son départ n'est que logique.

Écrit par : uranus2011 | 29/10/2015

Je l'aime bien ce Buchs. Celui qui réagit à chaud. Il m'est sympathique.
A lui seul il incarne l'essence de l'honnêteté suisse et se dévoile au point de montrer ses limites. Il ne doit pas s'en rendre compte, sauf au moment du bilan, la vulnérabilité n'est pas un atout en politique.
Mais je n'aimerais pas être dans ses bottes, si droites soient-elles. Le système partisan vis ses dernières années.
La troisième révolution industrielle bouleverse en profondeur les structures de nos sociétés. Les intermédiaires disparaissent, et donc les députés qui sont nos représentants par délégation.
La manifestation des paysans à Berne pour le prix du lait annonce la couleur. Dorénavant, en quelques clics on organise un évènement, les syndicats perdent leur raison d'être. La démocratie devient vraiment directe.
C'est une bonne nouvelle. On n'aura plus à déléguer et subir toutes ces combines et arrangements entre gens de bonne compagnie pour obtenir des majorités.

Écrit par : PIerre Jenni | 29/10/2015

Monsieur Blocher a une fille ... ne l'oubliez pas Monsieur le député Buchs ...

"Monsieur X pourra prendre ses aises (Monsieur parce qu’une dame à l’UDC ce n’est pas pour demain)."

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 29/10/2015

"Le 18 octobre 2015, lors des élections fédérales, elle est élue au Conseil national représentant le canton des Grisons avec 18'901 suffrages pour la législature 2015-2019."

Autre chose, docteur ???


https://fr.wikipedia.org/wiki/Magdalena_Martullo-Blocher

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 29/10/2015

Dites le bien à Darbellay, il y a eu deux Schlumpf au Conseil Fédéral, il y aura deux Blocher aussi.

Après le père, la fille, dans les deux cas.

Point barre.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 29/10/2015

Même si elle avait tuer son père et sa mère tout le parlement hormis l'UDC vous dira qu'elle était une excellente CF. La pensée unique anti-Blocher se nourrit de mauvaise foi.

Écrit par : norbert maendly | 29/10/2015

"La pensée unique anti-Blocher se nourrit de mauvaise foi."
Mais alors que dire des pro-Blocher qui aujourd'hui encore osent nier le manque flagrant de collégialité du mécène et grand gourou de l'UDC durant son passage au CF ?

Selon moi, sa destitution toute en douceur, est le meilleur exemple du bon fonctionnement et de la sagesse de nos institutions politiques.

Partout ailleurs, l’éviction d’un ministre politique aurait créé une crise politique majeure, sans parler des conséquences (entres autres militaires) inhérentes à un putsch.

Alors que chez nous cela s’est passé en toute légalité et transparence….

Autant dire que c’est rassurant !

Écrit par : Vincent | 30/10/2015

Des faits Vincent ! Faites-nous donc la liste de ces ruptures de collégialité.
On se réjouit tous d'avance.

Écrit par : PIerre Jenni | 30/10/2015

Vincent Strohbach, la collégialité n'existe tout simplement pas !
Mais bon, il suffit d'avoir des connaissances pour vous faire changer d'avis ...

http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20053817

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 30/10/2015

Vincent Strohbach, informez vous sur la collégialité ...

Réponse du Conseil fédéral du 01.03.2006
1. Le Conseil fédéral est d'accord avec la définition du principe de collégialité qui est donnée par l'interpellant. Celle-ci se base sur l'article 177 Cst et sur les articles 12 et suivants de la loi sur l'organisation du gouvernement et de l'administration. D'après ces dispositions, les membres du Conseil fédéral n'ont pas seulement des droits égaux, mais aussi des devoirs égaux. En revanche, la précision du professeur Eichenberger citée par l'interpellant, qui précise que la collégialité tend à l'unanimité et à l'harmonie lui semble aller trop loin. En effet, si le collège doit apparaître homogène vis-à-vis de l'extérieur, il est essentiel que la discussion au sein du collège puisse exprimer l'ensemble des opinions des membres du conseil, dans toute leur diversité et, le cas échéant, dans toute l'étendue de leur portée conflictuelle. Cela étant, une fois la décision prise, la collégialité impose que l'ensemble des membres du collège assume pleinement la décision.

2. La collégialité est un mécanisme de prise de décision et une forme d'organisation du gouvernement dont le principe est certes fixé dans la constitution, mais dont l'application dépend des membres qui composent le Conseil fédéral. Elle requiert un équilibre délicat qui doit être trouvé en permanence.

3. Si l'équilibre requis par la collégialité est parfois difficile à trouver, cela peut être attribué à plusieurs facteurs, notamment à une certaine polarisation du débat politique pratiquée par l'ensemble des acteurs politiques dont les médias se font l'écho.

4. Le principe de la collégialité suppose l'engagement personnel de chacun des membres du Conseil. Le Conseil a discuté en son sein à plusieurs reprises du contenu qu'il donnait à la collégialité. Au-delà de ces discussions qu'il continuera à avoir sur ce thème, il n'a pas l'intention de prendre d'autres mesures.


http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20053817

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 30/10/2015

C'est rigolo comme la formule magique qui a toujours étée plebiscitée comme un moyen d'équilibre et d'amélioration de la collégialité au CF devient subitement désuètte et inacceptable dès qu'elle peut permettre à l'UDC de prétendre à un second siège au CF. Et pourtant je ne soutiens pas l'UDC loin de là.

Laissez-donc l'UDC obtenir son second siège sans magouilles et sans alliances contre-natures: vous constaterez que comme ce fut le cas lors de la législature 2003-2007, le fait qu'il y ait 2 UDC au CF ne changera absolument rien à la donne: ces derniers se servant d'un dicours populiste d'extrême-droite pour se faire élire, pour ensuite appliquer éxactement la même politique que le PLR une fois élus. :)

Écrit par : asdf | 01/11/2015

Le Centre, quel Centre ?

Un assemblage de girouettes, il n'y a qu'à voir le comportement du PDC durant toute "l'affaire" Eveline Widmer-Schlumpf. Le premier parti à comploter pour son élection et le premier parti à vouloir s'en séparer.

Les Verts Libéraux qui votent une fois à droite, une fois à gauche dans le canton de Neuchâtel et appellent à voter à droite et à gauche au deuxième tour des élections nationales dans le canton de Vaud.

Le PBD c'est qui ?

Écrit par : MC | 02/11/2015

Les commentaires sont fermés.