19/11/2015

Le temps du maquignonnage !

maquignon.jpg

 

La commission des finances a refusé l’entrée en matière sur le budget. La discussion s’est arrêtée. Le débat en décembre risque d’être bref.

Cela ne va pas arranger la crédibilité du Grand Conseil et du Conseil d’Etat.

Dans cette période d’incertitude, de crise et de déséquilibre, l’absence d’un budget est au minimum une bêtise, au maximum un manque complet de responsabilité.

La République et canton de Genève dépend d’un parti au comportement complètement imprévisible, le MCG.

Un coup à gauche, un coup à droite. Un comportement Pokémon, un comportement de troc.

Alors peut-être qu’un énième revirement de bord permettra en décembre un vote sur le budget, mais à quel prix ?

Puisque rien ne sera touché au niveau de la fonction publique, alors les coupes vont concerner le social et les subventions. Bonjour les dégâts…

Genève s’enfonce dans la crise et pendant ce temps le canton de Vaud surfe sur la vague.

Un budget cela se construit entre le PLR, le PDC, les Verts et les Socialistes.

La suppression de certaines niches fiscales contre l’abandon définitif des annuités.

Un budget ne peut pas se faire avec le MCG.

06:34 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Il existe un potentiel de 229 millions d'économies en renégociant le coût du service de la dette avec les créanciers en la ramenant au minimum à taux zéro voir à taux négatifs... J'imagine en plus que c'est la BCGe qui fait crédit à l'Etat de Genève pour une bonne part de ses emprunts. Ne surtout pas oublier que cette banque a une dette envers l'Etat de plus de 2,5 milliards de CHF. Le taux moyen annuel actuel de la dette étant actuellement de 1.65%.

Est-ce que nos députés pourraient exiger des services administratifs et financiers de l'Etat qu'ils gèrent cette dette de 13 milliards en étant beaucoup plus innovants et proactifs?

Écrit par : Blaise Rossellat | 19/11/2015

@blaise : le mieux serait encore de diminuer la dette, non ? Je pense que l'on devrait viser des budget bénéficiaires avec attribution de l'excèdent à l'amortissement de la dette.

Écrit par : uranus2011 | 19/11/2015

Les commentaires sont fermés.