26/11/2015

Je te tiens, tu me tiens par la barbichette.

barbichette.jpg

 

Le même jour où le Conseil d’Etat communique qu’il a renoué le dialogue avec les syndicats de la fonction publique, ces derniers confirment qu’une grève sera menée le 1er décembre.

Pas très fructueux comme échange.

Tu veux voir ma force, je te montre mes biscottos. Tu veux voir ma détermination, je vais te faire bosser plus longtemps.

Bon on résume pour les nuls (on commence doucement à se lasser de ce b…) :

Qu’elles sont les propositions de la fonction publique pour permettre une réduction des charges de 5 %.

Aucune…à part cette litanie ; tout va bien, si on manque d’oseille, il faut simplement augmenter les impôts.

CQFD.

Et pourtant, le personnel de l’Etat, qui n’arrête pas de dire et de déclamer qu’on peut facilement faire des économies et rendant plus performant certains services, lorsqu’il faut mettre ces critiques sur le papier, c’est le silence de la mer.

C’est vrai que c’est toujours dans le service d’à côté que cela ne marche pas, parce que dans le mien, c’est l’horreur absolue tellement on a du travail à faire.

Juste pour dire, il va falloir vous mettre d’accord, sinon c’est le parlement qui va commencer à légiférer à la place de l’exécutif.

Et ce n’est pas la bonne solution, mais nous avons horreur du vide.

Le gros chantier ce n’est pas les horaires de travail où le nombre d’enfants dans les classes, mais c’est la recapitalisation de la caisse de retraite.

Et là, il y a matière à faire des économies, sans toucher aux horaires et aux postes de travail.

07:18 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/11/2015

Le temps du maquignonnage !

maquignon.jpg

 

La commission des finances a refusé l’entrée en matière sur le budget. La discussion s’est arrêtée. Le débat en décembre risque d’être bref.

Cela ne va pas arranger la crédibilité du Grand Conseil et du Conseil d’Etat.

Dans cette période d’incertitude, de crise et de déséquilibre, l’absence d’un budget est au minimum une bêtise, au maximum un manque complet de responsabilité.

La République et canton de Genève dépend d’un parti au comportement complètement imprévisible, le MCG.

Un coup à gauche, un coup à droite. Un comportement Pokémon, un comportement de troc.

Alors peut-être qu’un énième revirement de bord permettra en décembre un vote sur le budget, mais à quel prix ?

Puisque rien ne sera touché au niveau de la fonction publique, alors les coupes vont concerner le social et les subventions. Bonjour les dégâts…

Genève s’enfonce dans la crise et pendant ce temps le canton de Vaud surfe sur la vague.

Un budget cela se construit entre le PLR, le PDC, les Verts et les Socialistes.

La suppression de certaines niches fiscales contre l’abandon définitif des annuités.

Un budget ne peut pas se faire avec le MCG.

06:34 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/11/2015

2ème jour et toujours pas de réponses...

retraite.jpg

 

Beaucoup de bruit, beaucoup d’énergie et de solidarité. Un jour de novembre lumineux et toujours pas de réponses.

Les syndicats de la fonction publique en doivent une au reste de la population.

QUE PROPOSEZ-VOUS POUR DIMINUER LES CHARGES DE L’ETAT DE 5 % ?

Probablement rien…

L’augmentation des impôts, il ne faut même pas y penser.

Alors…

Posons les cartes sur la table.

Quel est le principal risque systémique de l’Etat ?

La caisse de retraite.

800 millions déjà payés, 200 millions provisionnés et 140 millions par année pendant 40 ans. Si tout va bien…

On peut parler des horaires, des postes non repourvus, des services qui dysfonctionnent, trouvez mille exemples particuliers, mais il va toujours rester et le lancinant problème de la caisse de retraite qui PLOMBE les comptes de l’Etat.

On peut toujours repousser le débat en arguant que le parlement a voté et que le peuple a confirmé. Mais cela ne va rien changer. Une réforme de la caisse de retraite est urgente. Il faut avoir le courage de dire à la fonction publique qu’elle doit assumer elle la recapitalisation de sa caisse de retraite et que ce n’est pas à la population, qui paye déjà pour sa propre caisse de retraite, d’assumer le problème.

Le personnel des CFF n’a pas demandé aux usagers d’augmenter le prix du voyage pour pouvoir sauver sa caisse. Il a accepté de diminuer son salaire en cotisant plus pendant plusieurs années.

Alors qu’elles sont les propositions ?

06:46 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/11/2015

Désamour !

Désamour.png

 

Chacune, et chacun, se sent agressé. Tout va trop vite et notre cerveau est incapable de gérer correctement toutes les nouvelles que nous recevons.

Nous vivons un vrai « burn out » collectif.

Notre réponse, se replier sur nous-mêmes, vouloir souffler, prendre le temps pour faire le point.

On vit dans notre petit monde personnel. On a besoin que l’on pense à nous.

Que le patron, que l’Etat, soit à notre disposition, à notre seule disposition.

Qu’on nous aime et qu’on fasse preuve d’empathie.

Et malheureusement, nous les politiques, nous usons et abusons de la peur, du déséquilibre et nous ne sommes plus capables de pédagogie.

Résultat : 60 % d’abstentions au dernière élection, une grève de la fonction publique, un « pétage » de plomb de la part des utilisateurs des 2 roues motorisés contre une possible taxe, une peur de l’autre entretenue par les partis populistes.

Nous avons l’impression que nous n’avons plus aucune prise sur rien.

Il faut donc redonner un sens à nos actions politiques en prenant nos responsabilités et en expliquant nos décisions.

Nous devons également plus faire participer les citoyens. Il faut qu’ils aient la certitude que leurs avis comptent.

Ils doivent avoir l’assurance que l’Etat est à leur disposition et que les impôts et taxes demandés soient destinés à leur usage (amélioration de l’enseignement, soutient à la recherche d’un emploi, amélioration de la mobilité, santé de bonne qualité, sécurité …) et non à faire tourner la machine étatique.

La décision de diminuer les charges de l’Etat de 5 % doit faire partie de ce train de mesure. Il nous faut diminuer la dette si nous voulons que les investissements prévus pour vous tous soient réalisés.

Mais cette volonté de diminuer les charges de 5 % doit être décidée par nous tous.

Une votation populaire doit être demandée et réalisée l’année prochaine.

C’est pourquoi nous allons soutenir le projet de loi sur le frein à l’endettement déposé par le PLR pour vous donner la possibilité par un référendum de soutenir ou pas la décision du Conseil d’Etat.

07:14 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/11/2015

Tragédie genevoise !

tragédie.jpg

 

Depuis quelques semaines, on s’étripe, on s’invective, on se tire les oreilles et on tag « pan-pan cul-cul » sur les murs de nos banques.

Mais que ce passe-t-il ?

Des émeutes ?

Une révolution ?

Non, une histoire de buvettes.

Je n’ai toujours rien compris. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais mon disque dur est un peu usé par l’âge.

L’Usine a 5 buvettes, donc elle doit avoir 5 autorisations. Bien.

Mais l’Usine n’est-elle une entité unique qui gère 5 buvettes dans un même lieu ?

Le Grand Théâtre a au moins 3 buvettes, doit-il demander 3 autorisations ?

L’important est pour moi de savoir qui est responsable si un problème se produit dans une des buvettes.

Qui signe les contrats d’assurances de l’Usine. Tous les membres du collectif ou simplement une personne représentant le collectif ?

La même chose pour les contrats de prestations permettant de toucher des subventions ?

Qui signe ?

Ma solution, les mêmes personnes qui sont responsables juridiquement pour le collectif signent pour les buvettes et basta.

Mais peut-être qu’il n’y a pas de responsable ?

06:35 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

03/11/2015

De l'aménagement des pôles d'échange...

Lancy.jpg

 

Pas simple de faire coexister les piétons, les cyclistes, les bus, les trams dans un même lieu.

Pas simple de rendre le lieu lisible pour les voyageurs.

Pas simple de conjuguer esthétique et usage.

Nous avons raté la place de Cornavin, Bel-Air et le Rond-point de Plainpalais.

Ces pôles d’échange sont illisibles, dangereux et générateur de bouchons.

Pour l’esthétique on repassera.

C’est pourquoi, il faut ne pas refaire les mêmes erreurs pour la gare Lancy- Pont rouge.

Il semble que la commune de Lancy soit fâchée.

On ne pourra pas imposer un aménagement sans un minimum de concertation.

Passer en force ne sert à rien.

Écoutons les communes.

Les projets qui se réalisent rapidement dans notre canton sont ceux qui, dès le début, ont vu un travail commun, commune, canton et intérêts privés.

Les autres sont encore au purgatoire de l’urbanisme.

06:56 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |