18/12/2015

Genève va mal, Genève est en crise institutionnelle.

GC.png

 

96 députés ont voté contre l’entrée en matière du budget 2016.

L’ensemble des partis politiques ont voté contre.

Rarement, sur des votes aussi importants, nous avons eu une telle unanimité.

Pourtant les raisons du refus étaient diverses et variées.

De cet échec, car c’est l’échec du parlement, nous devons en tirer des décisions positives.

Que cet électrochoc nous réveille et nous fasse enfin prendre nos responsabilités.

Le budget est fait pour l’entier de la population et non pas seulement pour la fonction publique.

Le budget doit découler d’un consensus entre la gauche et la droite.

Nous devons nous inspirer de l’exemple vaudois et travailler sur un axe entente, socialistes et verts.

Nous devons minoriser le MCG et l’empêcher d’être en position d’être le faiseur de majorité.

Des réformes structurelles sont nécessaires. Une refonte de la caisse de pension est urgente (c’est le risque maximum de l’Etat). Le financement de la réformes de la fiscalité des entreprise doit être négocié (pourquoi ne pas vendre un bien de l’Etat pour le faire : Palexpo ou l’Aéroport).

Le PLR doit faire un pas vers les Socialistes. Les Socialistes doivent faire un pas vers le PLR.

Le PDC est ouvert à jouer les facilitateurs.

Dès le mois de janvier, je propose que ces 4 partis se rencontrent pour définir avec le Conseil d’Etat un nouveau budget.

Cela est possible. Et laissons à la maison les flibustiers parlementaires et les incendiaires.

Les plus belles victoires découlent souvent des pires défaites.

13:10 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Il ne s'agit pas d'une crise institutionnelle, il y a simplement une Conseil d'Etat incompétent.

C'est aussi simple que ça.

Écrit par : jacphil | 18/12/2015

Oui, Genève va mal, très mal. Résultat de n'avoir pas su prévoir de la part de nos politiques de tous bords. Il faut balayer ces querelles gauche-droite désuètes, ce qui implique une réforme complète de notre système de gouvernance.

Écrit par : jacques joray | 18/12/2015

Et la responsabilité des politiques dans les conseils d'administration? Le sauvetage de la banque cantonale et l'affaire Adeline nous coûtent cher! Je suis étonnée que l'incompétence des responsables ne sois pas sanctionnée et qu'après les longs procès une charge de plus pour les rares contribuables qui paient encore un impôt à Genève! Le faste de l'état me choque de même que les grèves des fonctionnaires. Le parlement genevois à force de couper les cheveux en quatre se rend ridicule. Certains députés sont souvent occopés à d'autres occupations durant les scéances pour ceux qui sont présents.
Blanc-bonnet,bonnet-blanc et sutout bonnet d'âne! Fabienne Brunet,Versoix.

Écrit par : Brunet Fabienne | 19/12/2015

Vendez Genève au Arabes c'est déjà commencer il y aura des sous dans vos poches

Écrit par : DANIEL MAGATE | 19/12/2015

Monsieur Buchs,
Il est bon parfois de rappeler quelques faits. La majorité du Conseil d'Etat fait partie de l'Entente (4/7). Les deux postes clés (Présidence et Finances) aussi. Or, vos partis ne suivent pas le CE sur des points majeurs, tels que le PL sur le renforcement au frein à l'endettement (en l'approuvant comme un seul homme, vous affaiblissez ainsi les prérogatives de vos représentants à l'exécutif) ou par votre opposition à la suppression de niches fiscales, qui n'existent plus qu'à Genève. Ne pensez-vous pas que l'échec que vous dénoncez vient en premier lieu de vos propres rangs ?
Cordiales salutations,

Écrit par : Philippe Bettens | 19/12/2015

Monsieur le député PDC, appelez vous à l'instauration de la dictature ?

"Nous devons minoriser le MCG et l’empêcher d’être en position d’être le faiseur de majorité."

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 19/12/2015

Les Grand Conseil et le CE sont bien évidemment responsables de cette gabegie. Il est temps de se comporter avec responsabilité au delà du dogmatisme de certains. Je m'étonne toujours que les politiciens se basent sur une différence gauche-droite qui n'est plus très pertinente à notre époque. Smartvote, par exemple, a introduit une composante "progressiste vs conservateur" qui est tout aussi intéressante. Ne serait pas le moment de d'autres équilibres en se basant sur cet axe?

Écrit par : Raphael Petite | 21/12/2015

Quelle crise institutionnelle ? La procédure est respectée. Il est peut-être fâcheux que le budget ait été refusé mais le Grand conseil était en droit de le faire. Alors cessons de donner aux mots un sens qu'ils n'ont pas !

Écrit par : Michel Sommer | 23/12/2015

Les commentaires sont fermés.