13/01/2016

Beaucoup de questions restent en suspens...

19 décembre.jpg

 

Suite à l’audition de Monsieur le Conseiller d’Etat Maudet, la Commission de contrôle de gestion du Grand conseil a décidé d’auditionner Madame la Cheffe de la Police.

Monsieur Maudet a été clair et transparent. Il a immédiatement établi un constat politique et prit des décisions. Il s’est comporté en chef responsable et compétent.

Il reste que sur le plan de la conduite des troupes de police, le rapport transmis par madame la Cheffe de la Police n’est pas complet et trop vague.

Immédiatement, après les évènements, du 19 décembre 2015, le MCG a décidé de demander une commission d’enquête parlementaire.

Ce parti possède des informations que le reste de la députation n’a pas. Monsieur Sanchez, ancien numéro 2 de la police, a probablement été informé de façon très précise par ses collègues.

Ce que je retiens de ses déclarations, c’est que la police s’est retrouvée en sous-effectif à cause d’une décision de la hiérarchie d’éviter les heures supplémentaires. Tout l’argumentaire tourne au tour de ces sacro-saintes heures supplémentaires.

Il est quand même étonnant qu’un corps de métier tienne autant à faire des heures supplémentaires. Tout en sachant que ni la Cour des comptes, ni la Commission de contrôle de gestion n’ont encore compris comment elles étaient calculées et comptabilisées.

Il est donc essentiel d’avoir une réponse à cette accusation. Je poserai la question de savoir si la hiérarchie n’a pas sciemment minimisé l’impact de cette manifestation pour faire pression sur le politique pour qu’il renonce à régler le problème des heures supplémentaires.

J’ai aussi besoin de savoir pourquoi, après la manifestation, les quelques casseurs venus de Suisse-Alémanique n’ont pas été appréhendé en flagrant délit, alors qu’ils cassaient des vitrines à la rue de Coutance, vers 2 heures du matin, sur le chemin qui les menait à la gare pour prendre leur train de 02h15.

Les commerçants ont été informé, le lundi, par la Police qu’ils avaient été suivis pour s’assurer qu’ils allaient bien prendre leur train et qu’ordre avait été donné de ne pas intervenir.

En fonction des réponses la Commission décidera si elle crée une sous-commission d’enquête.

Pour moi, elle est clairement nécessaire.

06:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Les commentaires sont fermés.