28/01/2016

L'épidémie de Dengue, de Chikunginya et de Zika est plus que préoccupante.

moustique tigre.jpg

 

La situation sanitaire en Amérique latine, centrale et dans les caraïbes est grave.

Il semble que la transmission, par le moustique tigre, de la Dengue, du Chikungunya et surtout du Zika soit hors de tout contrôle.

Pas un jour où un nouveau pays ou une nouvelle région soit infectée.

Ces trois maladies ne sont pas de banales « grippes ». Elles provoquent de fortes fièvres et des douleurs musculaires extrêmement fortes avec des complications qui peuvent être lourdes (séquelles motrices ou sensitives), et pour le Zika de graves malformations du fœtus (microcéphalies). Au Brésil on a déjà recensé 3174 cas de malformation.

Il est clairement établi que nous sommes face à une épidémie et non plus face la situation antérieure d’endémie.

La Colombie a même demandé aux femmes d’éviter de tomber enceintes et de repousser leur désir de grossesse à 2017.

Tous les pays touchés sont des destinations touristiques et le Brésil sera cette année le lieu des jeux olympiques d’été.

Et que faisons-nous ?

Que fait l’OMS qui nous avait habitués à pousser des cris de panique lorsque qu’une grippe porcine allait « tuer » une grande partie de l’humanité.

Ah oui, c’est vrai, dans le cas de cette fameuse grippe il existait un pseudo vaccin et que probablement les profits ont été plus que juteux.

J’ai beau lire, écouter la radio et regarder la télévision, je n’ai pas encore vu les responsables de l’OMS tenir conférence de presse.

En l’état de la situation sanitaire, les femmes pouvant être enceintes ou étant enceintes ne devraient plus voyager dans ces pays.

Et si vous voulez quand même passer vos vacances dans ces contrées alors il faudra vous « tartiner » d’anti-moustique et sortir en portent des pantalons longs et des manches longues.

06:49 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/01/2016

L'année de tous les bonheurs...

2030.jpg

 

J’espère être encore en vie en 2030. Je dois être capable d’y arriver. 72 ans, c’est encore jouable.

L’annonce d’une parousie politique.

Le début d’un âge d’or pour notre canton.

L’air sera plus pur, se déplacer sera synonyme de joie et de félicité, se loger une bagatelle, les impôts un vrai bonheur, la sécurité absolue, les relations communes canton un amour partagé, le budget un détail, la politique une félicité, l’éducation une évidence, la fonction publique une adoration du Conseil d’Etat.

Encore 14 ans avant cette date.

Le Pape françois a décidé de venir s’établir dans notre Rome protestante pour pouvoir observer ce miracle.

Le 1er janvier 20130, tout changera et on commencera l’année par un geste symbolique ; l’inauguration de la traversée du lac.

Que cela va être long d’attendre…

06:20 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

15/01/2016

Faut-il travailler plus de 50 heures par semaine ?

50 heures.jpg

 

Un médecin qui ne veut pas travailler plus de 50 heures par semaines, ne sera jamais un bon médecin.

C’est par le nombre d’heures accumulées et la résistance au stress que nous devenions des braves.

Les journées commençaient à 0700 et finissait à 2100.

Les gardes n’étaient qu’une parenthèse entre deux journées de travail et dans les hôpitaux périphériques la garde de fin de semaine commençait le vendredi soir pour se terminer le lundi matin, suivie par une journée normale de travail.

La discipline était militaire, mais c’était normal, puisque tout le monde le faisait et personne ne se plaignait.

Avec toujours cette rengaine, plus vous travaillez, plus vous apprenez.

Nous n’étions pas soumis à la loi sur le travail (comme les ecclésiastiques).

Et puis cela a changé. Les assistants et chef de clinique ont compris que la formation était autre chose qu’une accumulation de fatigue.

Ils ont obtenu 50 heures par semaine.

Constat, cette exigence n’est pas respectée, car les habitudes sont tenaces, et qu’un médecin ne peut pas travailler avec des horaires fixes.

Mais, on peut faire un effort et surtout se dire que les connaissances s’acquièrent avec un patron, celui que nous appelions le maître.

C’est par le compagnonnage, la transmission des connaissances, le respect des règles de l’art, l’écoute, l’empathie, que nous devenons des médecins.

50 heures suffisent amplement si le patron est bon…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

13/01/2016

Beaucoup de questions restent en suspens...

19 décembre.jpg

 

Suite à l’audition de Monsieur le Conseiller d’Etat Maudet, la Commission de contrôle de gestion du Grand conseil a décidé d’auditionner Madame la Cheffe de la Police.

Monsieur Maudet a été clair et transparent. Il a immédiatement établi un constat politique et prit des décisions. Il s’est comporté en chef responsable et compétent.

Il reste que sur le plan de la conduite des troupes de police, le rapport transmis par madame la Cheffe de la Police n’est pas complet et trop vague.

Immédiatement, après les évènements, du 19 décembre 2015, le MCG a décidé de demander une commission d’enquête parlementaire.

Ce parti possède des informations que le reste de la députation n’a pas. Monsieur Sanchez, ancien numéro 2 de la police, a probablement été informé de façon très précise par ses collègues.

Ce que je retiens de ses déclarations, c’est que la police s’est retrouvée en sous-effectif à cause d’une décision de la hiérarchie d’éviter les heures supplémentaires. Tout l’argumentaire tourne au tour de ces sacro-saintes heures supplémentaires.

Il est quand même étonnant qu’un corps de métier tienne autant à faire des heures supplémentaires. Tout en sachant que ni la Cour des comptes, ni la Commission de contrôle de gestion n’ont encore compris comment elles étaient calculées et comptabilisées.

Il est donc essentiel d’avoir une réponse à cette accusation. Je poserai la question de savoir si la hiérarchie n’a pas sciemment minimisé l’impact de cette manifestation pour faire pression sur le politique pour qu’il renonce à régler le problème des heures supplémentaires.

J’ai aussi besoin de savoir pourquoi, après la manifestation, les quelques casseurs venus de Suisse-Alémanique n’ont pas été appréhendé en flagrant délit, alors qu’ils cassaient des vitrines à la rue de Coutance, vers 2 heures du matin, sur le chemin qui les menait à la gare pour prendre leur train de 02h15.

Les commerçants ont été informé, le lundi, par la Police qu’ils avaient été suivis pour s’assurer qu’ils allaient bien prendre leur train et qu’ordre avait été donné de ne pas intervenir.

En fonction des réponses la Commission décidera si elle crée une sous-commission d’enquête.

Pour moi, elle est clairement nécessaire.

06:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/01/2016

Franchement, pas très téméraire...

téméraire.jpg

 

Voilà, voilà, on assume mais on se replie bonne ordre. Courageux, mais franchement pas téméraire.

L’UDC et le PLR sont encore tout étonnés de leur vote sur la fin du moratoire sur l’installation des cabinets médicaux.

Machine arrière toute.

On rediscute dès aujourd’hui. En bonne intelligence, en prorogeant 3 ans ce damné moratoire pour se donner le temps de trouver une solution miracle.

Franchement, j’ai l’impression que nos bons parlementaires fédéraux ne savent plus à quel saint se vouer.

Entendre le PLR, le parti de la liberté d’entreprendre, du libre marché, proposer de diminuer les tarifs de certains spécialistes dans les régions, où ils seraient en surnombre, c’est un peu piquant.

Comment allons-nous faire ?

Quels seront les critères ?

Qui va surveiller ?

Encore une victoire de la bureaucratie.

Tout en sachant que les dits spécialistes (d’abord qui sont-ils ?) sont probablement ceux qui travaillent principalement avec l’assurance privée, dans des cliniques privées à un tarif plus que confortable négocié avec les assurances (un médecin est toujours trop cher pour l’assurance de base, mais jamais trop cher pour l’assurance privée).

Donc absolument pas concernés par ce genre de proposition.

Clairement, il faut finir avec ces mesurettes et s’atteler à une réforme complète de l’assurance maladie.

Avec cette question majeure, que faire de la vieillesse. Est-ce une maladie ou un état physiologique normal ? Qui doit financer ? L’assurance maladie ou une assurance consacrée aux soins, au sens large, de nos dernières années (frais médicaux, frais infirmiers à domicile, frais d’aide au ménage, EMS…) ?

06:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/01/2016

La paperasse...

paperasse.jpg

 

Trop de travail administratif pour les médecins hospitaliers.

Les chiffres donnés par la FMH sont préoccupant.

Les médecins passent plus de temps devant leur ordinateur qu’avec leurs patients.

Et ce n’est pas seulement les médecins qui se plaignent. Les infirmières ont le même problème.

Résultat, ce sont les aides-infirmières qui doivent assumer l’essentiel de la relation patient-soignant.

Nous sommes en train d’être envahi par la bureaucratie et nous ne réagissons pas.

Tous actes doivent être contrôlés, calibrés, répertorier et classer.

Nous devons suivre des guides de procédure.

Mais le travail du médecin n’a pas changé depuis des dizaines d’année.

Il doit établir une relation de confiance avec son patient. Il doit expliquer, démontrer, convaincre, rassurer.

Il doit être là, à disposition.

Pas dans son bureau, devant son ordi en train de cocher et de coder.

Il semblait que l’informatique allait simplifier la vie. Il semble qu’elle complique encore plus le fonctionnement des hôpitaux.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/01/2016

Jeu de dupes...

Suva.png

 

La Santé est une tâche régalienne de l’Etat, comme la sécurité et l’éducation.

Accepteriez-vous que la police soit gérée par Sécuritas®, l’éducation par Microsoft®  et l’armée par une société louant des mercenaires ?

Alors pourquoi laisse-t-on la politique de santé aux mains de sociétés privées, les caisses maladies ?

Cela n’est pas normal et cela doit changer.

Cela fait des années que nous nous battons, pour rien.

Le lobby des caisses maladies est trop fort.

Trop d’enjeux financiers.

Et probablement des pratiques pas très catholiques entre les caisses de base et les caisses privées.

J’avis saisi la Cour des comptes pour qu’il fasse un audit du Groupe Mutuel (sur la gestion de l’assurance de base des assurés genevois). Impossible, aucune loi ne le permet.

Alors quelles solutions ?

Passer par le Parlement fédéral : peine perdue, on oublie.

Reste le droit d’initiative.

Nous pourrions demander l’institution d’une assurance unique santé/accident avec un prix du point commun et la même prime pour toute la Suisse.

Le tout géré par la SUVA, suivant le système actuel de l’assurance accident.

Cela permettra de régler, une fois pour toute, la question d’une caisse maladie unique ou cantonale et de remettre dans la main de la Confédération la gestion de notre système de santé.

07:07 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/01/2016

Qui manipule qui ?

manipulation.jpg

 

Difficile d’avoir une idée bien précise après les événements d’un fameux samedi soir.

Mais bizarrement la parole, dans les médias, est donnée au MCG (le parti de la Police) et principalement à son ancien numéro 2.

Monsieur Sanchez sait exactement ce qui s’est passé.

Si Monsieur Maudet a été correctement informé ? Si la Police a sciemment évité d’intervenir pour pouvoir mieux faire monter les enchères ?

Il faut savoir que nous sommes en plein dans la discussion sur les heures supplémentaires. Comment sont-elles calculées ? Sont-elles justifiées ?

Monsieur Maudet avait clairement déclaré que la moitié de ces heures pouvait être évitée ce qui permettait à l’Etat de faire 6 millions d’économie.

Rappelons que tous les services de l’Etat doivent trouver 5 % d’économie sur les charges, police y compris.

Et des pistes existent, par exemple le financement de la caisse de pension (hors budget, chaque année plusieurs millions sont versés en sachant que la caisse de retraite de la police a un taux de couverture plus de 100 %), la suppression du payement de l’entier des frais médicaux (primes, franchise et 10 %).

Pas simple ...

Et brusquement une petite manifestation non prévue (mais connue, des dégâts considérables) et la réponse de la Police : nous ne sommes pas assez nombreux parce que on nous limite nos heures supplémentaires.

Même si nous n’avons toujours pas compris comment elles étaient calculées (la Cour des Comptes elle-même a été très sévère dans son appréciation).

La boucle est bouclée. Circulez, il n’y a plus rien à voir et à critiquer.

En plus, cela permet au MCG de vouloir régler le chapitre de l’Usine en la rendant responsable et en demandant sa fermeture.

Juste pour finir : pourquoi y-a-t’il eu des déprédations bien après la fin de la manifestation. Vers 2 heures du matin sur le chemin de la gare.

Rue de Coutance, les vitres d’un magasin de montres ont été brisées par des cagoulés. La Police les surveillait, mais n’est pas intervenue attendant qu’ils quittent sagement Genève par le train de 02h15. Et ils n’étaient pas 500, mais moins de 10.

Qui manipule qui ?

06:56 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |