07/02/2008

Encore une défaite honorable !

Nous sommes vraiment les champions du monde des défaites honorables.

Les matchs de l'équipe de Suisse de football ressemblent aux épisodes des télé-novelas.

Nous savons à l'avance ce qui va se passer, nous connaissons les principaux personnages, nous vibrons avec leur exploit, et nous imaginons toujours la fin.

Les saisons passent, les joueurs changent, les gardiens font des boulettes, les entraîneurs s'exercent à la valse, les dirigeants sont immortels et les défaites sont honorables.

Les blessures sont toujours imprévisibles mais arrivent, comme de bien entendu, au pire moment.

Le coach est fondamentalement satisfait et a eu l'immense bonheur d'avoir assisté à un match fantastique, plein de promesses pour l'avenir, génial ... quoi.

Certaines fois, nous avons l'impression de n'avoir pas vu la même partie.

Et que serions-nous sans nos journalistes adorés ! Leurs commentaires stratosphériques, leurs pensées philosophiques, une vraie métaphysique de la défaite honorable.

Et lorsque que l'équipe de Suisse gagne, nous sommes étonnés, un peu fâché par cette entorse à la normalité. Attention, notre équilibre psychologique risque d'être gravement perturbé.

Mais heureusement, hier soir, tout s'est passé comme prévu.

Ouf la défaite était super fantatisquement normalement honorable.

 

 

 

 

06:33 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/02/2008

Un peu d'imagination...

Votation du 24 février.

Gratuité des transports publics, question importante, essentielle si nous voulons, un jour, modifier notre comportement urbain. Il y a urgence.

Peu ou pas de débat.

L'Etat n'a pas l'argent nécessaire; circulez, il n'y a rien à voir.

Que diable, Messieurs, un peu de bon sens et d'imagination.

Un constat : actuellement, le prix d'un billet de bus est beaucoup trop cher. Dans mon cas, une famille de 6 (4 adultes, 2 ados), il est meilleur marché de prendre la voiture pour aller en ville.

Une baisse des prix est, à mon avis, obligatoire.

Je peux comprendre l'argument, qui est de responsabiliser le contribuable en lui demandant une participation financière.

Mais c'est là que l'imagination doit intervenir. Il existe des tas d'idées pour rendre les transports en commun plus sympa.

Par exemple :

- Gratuité pour les ainés et les jeunes.

- Billet unique pour toute une journée en gardant le même prix (3 francs).

- Billet à 1 francs pour 1 heure.

- Gratuité le samedi et le dimanche.

- Gratuité le soir à partir de 19 heures.

- Abonnement gratuit en cas d'achat d'un vélo électrique....

-Etc...

J'attends avec impatience vos propositions.

 

 

 

 

06:41 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/02/2008

Vos opinions politiques sont-elles inscrites dans votre génome ?

Les américains sont franchement graves. Les votations approchant, ils se sont lancés dans des études génétiques pour pouvoir trouver où se nichent vos opinions politiques.

Et bien sachez le, tout est dans 5HTT et MAOA.

Et bien voilà, le monde change. Nous vivons une époque formidable. Soyons moderne.

Il faudra que nos partis politiques modifient complètement leurs tactiques électorales.

Plus de panel d'opinion, de sondages, mais une étude génétique de la population pour pouvoir cibler "les bons". 

Montre moi ton génome et je te dirais qui tu es.

Impossible d'infiltrer un parti ennemi. Les cryptocommunistes seront démasqués.

Et ne pensez pas voter contre votre ADN. Une petite prise de sang à l'entrée du bureau électoral, et on vous remettra les bulletins correpondant à votre profil politique. De toutes façons, il est imposible que vous puissiez vous comporter autrement sans mettre gravement en danger votre santé psychique.

Il faudra également se demander si les déviants ne devraient pas être écartés. Allez tous ces petits partis qui ne servent à rien et qui volent les voix des "grands". Zou à la trappe...

Et si nous arrivions à manipuler les gènes de nos concitoyens... Nous aurions LE POUVOIR...

Dire que "1984" est derrière nous.

Nous n'avons pas encore tout vu.

 

06:49 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/02/2008

Et je les ai vus sourire !

Allez ... Une petite histoire animalière pour bien commencer la semaine.

Vous connaissez les pigeons, vous les appréciez de loin et vous priez tous les jours qu'ils ne décident pas à élire domicile chez vous.

Ces volatiles sont peut-être sympathiques, mais elles ont un redoutable système digestif.

Bref l'autre jour, je devais vérifier quelques chose dans une grande pièce qui nous sert de débarras. Ce lieu n'est pas visité très souvent.

J'ouvre la porte et je la referme aussitôt. Je n'ose pas croire ce que j'ai vu.

Je suis sûr que je suis en train de rêver, ce n'est pas possible.

La pièce est blanche, recouverte de déjections. Les meubles, entreposés là, disparaissent sous une solide couche de fiente.

Dans la pièce une dizaine de pigeons entrant et sortant à leur guise par une fenêtre restée ouverte.

Bon sang qui est l'andouille, le scolopendre, le sconse, le rhinencéphale, le candide...qui a oublié de fermer cette f... fenêtre ?

J'ai hurlé, j'ai agité mes frêles bras, j'ai manqué me casser la figure en glissant sur le résultat de leur digestion mais j'ai pu les faire partir.

Savez-vous qu'elle est l'image qui me reste ?

Lorsque je suis entré dans la pièce, je les ai vus sourire. Pas un sourire ironique, mais un sourire de contentement, ils m'étaient redevables du bon temps passé chez moi.

Espèce de phytophages, si je vous attrape...

 

 

 

 

 

06:47 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

01/02/2008

Erreurs médicales ...

Première page de l'Hebdo, "Erreurs médicales, le patient toujours perdant"

La frousse !

Ce sujet est d'importance, il faut accepter d'ouvrir le dialogue.

A chaque fois, une immense souffrance, chaque cas étant particulier, chaque cas étant inadmisible, scandaleux.

Avant, on ne voulait pas en parler, parce que le médecin était considéré comme infaillible, omniscient.

Il faut être humble et accepter que l'erreur existe, qu'elle peut arriver et qu'elle arrivera un jour.

La maladie est une injustice et non une punition, l'erreur médicale est toujours une injustice.

Il faut en parler. Il faut l'intégrer à l'enseignement médical. Il faut publier pour que le médecin apprenne.

Tous les actes médicaux sont potentiellement dangereux, même ceux qui semblent les plus bénins. Vous remarquerez que pas mal de cas sont arrivés lors de traitements non vitaux, ni essentiels.

Vous devez réfléchir avant de commencer une thérapie. Vous devez en discuter avec votre médecin de famille, qui lui vous connaît bien. Vous devez être convaincu. Vous devez peut-être demander un deuxième avis. 

Je ne fais jamais opérer un patient qui doute, qui a peur. Il ne faut rien imposer.

Je dois être certain que le traitement est nécessaire.

Et puis si malheureusement, les choses ne se passent pas bien, accepter de reconnaître son erreur et en discuter ouvertement avec le patient.

Le dialogue, la disponibilité, l'humilité permettent de désamorcer bien des situations de crise.

 

 

 

 

 

06:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

31/01/2008

Mais qu'a donc fait l'Afrique pour mériter cela ?

J'avoue que je ne sais pas.

Toutes les explications que je pourrais avancer me semblent vaines et peu convainquantes.

Fatalité, séquelles du colonianisme, corruption, faute à pas de chance, problèmes climatiques, fuite des élites, pillage des ressources premières...

De toute façon tout le monde s'en fout. Et c'est là que que se situe le tragique. L'Afrique ne nous intéresse plus, à part comme destination de vacances.

On se massacre au Kenya, aucun problème vous pouvez aller au bord de la mer, mais si c'est sûr, aucun souci. Et puis un peu d'adrénaline rend le voyage intéressant.

Que font nos gouvernements ? Rien à part de créer des forces de maintien de la paix qui servent qu'à se donner une certaine bonne conscience.

Que faites vous ? Comme moi rien... "De toutes façons se sont des sauvages..."

Notre pauvre fond de racisme est remis au goût du jour. Commode...

Je rêve d'entendre une voix africaine que me parlera d'avenir, d'espoir, d'éducation.

Rien à part des dirigeants tenant des discours de haine et de violence. Disons le franchement des paroles de colonialistes de la grande époque.

Je rêve d'entendre une autre voix de l'Afrique.

Il va se réveiller quand le bon Dieu !!!

 

 

 

 

06:21 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

30/01/2008

Joyeux anniversaire...

Tiens... il a exactement mon âge et on a vécu ensemble durant ces 50 ans.

J'ai grandi avec lui. Je l'ai aimé, je l'ai détesté, je l'ai encensé, je l'ai hué. Bref une sacrée amitié.

Aujourd'hui le téâtre de Carouge fête son demi-siècle.

Je ne me rendais pas compte de l'importance de ce compagnonnage. Les choses existent et il semble naturel qu'elles soient. Un théâtre, c'est peut-être un petit supplément d'âme pour une communauté. Nous avons besoin des comédiens. Nous avons besoin de cette façon de représenter le Monde. Nous avons besoin de cette mise en abîme de nos façons de voir. Nous avons besoin de nous remettre en question. Nous avons besoin de lui.

Le Carouge doit continuer à nous faire rêver.

La fragilité doit être, rien n'est donné, rien n'est définitif, gardons la foi des fondateurs, leur simplicité, l'amour du théâtre.

Un théâtre n'est pas fait pour une élite, mais pour tous. Fondamentalement, il ne sert à rien, c'est pourquoi il est essentiel.

Alors un super... super... extra... joyeux anniversaire...

 

 

 

06:40 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

29/01/2008

Nous savions et nous n'avons rien dit !

Il faut vraiment beaucoup de courage pour se battre contre le silence.

Il faut vraiment beaucoup de courage pour oser dire le contraire d'une majorité bien pensante.

Mais quand vous êtes une victime, alors ce courage est démesuré. 

Lorsque je pense à ma pratique quotidienne, je me rends compte que j'étais très mal préparé à affronter des problèmes liés à la nature intime des mes patients.

Je suis effaré du nombre de cas d'abus sexuel durant l'enfance.

Je suis effaré du nombre de cas de femmes battues.

Et lorsque, après des mois et des années de paroles, de dialogue, un bout de cette horrible vérité voit le jour, je constate que "nous savions".

L'entourage, les autres savaient.

Je ne jette pas la pierre, je n'en ai pas le droit. Si nous pouvions effacer certaines images , ne plus y penser, se réveiller un matin comme si rien ne c'était passé. Cela vous est déjà arrivé, cela m'est déjà arrivé.

Mais quand c'est une structure, une autorité morale qui sait, alors le silence est scandale.

Le réflexe : "nous allons régler cela entre nous" est une honte.

J'en veux à l'Eglise Catholique pour cela.

Acheter le silence..."quelle saleté"

Nous sommes dans la négation de la parole de Christ.

 

 

06:21 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

28/01/2008

Attention à vos muscles !

C'est mon dada.

Je passe mes journées à expliquer à mes patients qu'ils doivent entretenir leur musculature.

Il faut bouger, il faut marcher, il faut nager.

N'oubliez pas de prendre les escaliers, pas pour descendre, mais pour monter.

Et pourquoi ? Et bien, simplement pour bien vieillir. Si vous suivez ce conseil, vous allez moins chuter. Votre équilibre sera meilleur et votre proprioception (sens de la position de votre corps dans l'espace) excellente.

Il est probable que le jour où nous pourrons faire "fabriquer" du muscle, notre espérance de vie augmentera d'une façon significative.

Mais attention, entretenir sa musculature signifie qu'il faut faire régulièrement de l'exercice. Dès que nous nous mettons au repos, nous perdons à grande vitesse notre masse musculaire.

Savez-vous que lorsque vous êtes alités pendant 15 jours, vous perdez  30 à 40 % de votre masse musculaire ?

Un sportif de compétition qui doit s'arrêter une semaine, ne peut pas reprendre son entraînement comme si de rien n'était.

Regardez Federer; une semaine de fièvre, une perte de poids de 3 kilos et bien paf, il n'est pas dans son état normal et il perd.

C'est peut-être pas une excuse, mais lorsque notre Fédé national prend une déculottée, il faut bien trouver une explication logique pour ne pas perdre la face.

Je suis terriblement chauvin...

 

 

 

 

 

06:36 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/01/2008

Besoins d'argent...

Le canton de Genève a mal à son stade.

La naissance a été difficile, l'expulsion pénible, les forceps utilisés.

L'enfant est fragile et il garde encore quelques séquelles de cet accouchement.

Il a besoin de soins et cela coûte quelques sous.

Mais voilà, l'Etat ne sait plus à qui demander de régler l'addition.

Il y a quelques mois, il a eu une idée géniale : Le FEC (le Fond d'Equipement Communal).

Vite fait bien fait et 11 millions payés.

Mais damned ! Voilà que l'UEFA demande des travaux supplémentaires sinon, punition, pas d'Eurofoot.

La facture : presque 9 millions.

Pas de panique, le FEC nous tend les bras.

Problème, certaines communes commencent à s'énerver et certains édiles à trouver cette façon de faire cavalière.

Pas de débat devant le grand conseil, donc pas de demande de crédit, CQFD, aucun de risque de référendum. Lumineux...

L'association des communes se réunira la semaine prochaine pour prendre une décision. Les débats vont probablement être chauds.

Petite information pour terminer : hier soir, le conseil municipal de Carouge a voté une motion (22 pour, 5 non et 2 abstentions) qui demande au conseil administratif de s'opposer à cette demande.

Suspense...

 

 

 

 

 

 

06:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/01/2008

Pour un "Grenelle" de la santé ...

Mon confrère, Bertrand KIEFER, dans son bloc-notes hebdomadaire de la Revue Médicale Suisse, m'a fait réfléchir avec une constatation toute bête.

Il compare le débat démocratique au sujet de l'école et de la santé.

Il constate que la majorité des citoyens a une opinion sur l'école et l'éducation et qu'elle n'hésite pas à l'exprimer.

Rien de semblable pour la santé, qui représente pourtant le deuxième plus important sujet de préoccupation des suisses.

Les associations de patients existent, mais elles représentent peu d'assurés et elles n'ont pas une grande visibilité.

La dispute politique est maigre et de peu d'intérêt.

Les médecins n'arrivent pas à représenter une contre-pouvoir valable.

Les caisses-maladies sont devenues la seule force de décision.

Pourquoi ce désintérêt ?

Un ras le bol général ? Un sujet trop compliqué pour bien le comprendre et en débattre ?

La santé est peut-être quelque chose de tellement personnelle que nous avons de la peine à nous ouvrir sur les autres pour en parler.

Il n'empêche qu'il est urgent que le citoyen participe au développement futur de la santé.

Trouvez-vous normal, que dans les conseils d'administration des caisses maladies, qui sont en majorité des mutuelles, il n'y ait ni médecins, ni représentants des assurés ?

Les propositions doivent venir de la base. Tous les usagers de la santé devraient pouvoir donner leurs avis.

A quand un grand débat national !

 

 

 

 

06:36 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

23/01/2008

Etudes cliniques

Lorsque vous faites une étude clinique et que vous ne mettez pas en évidence les résultats escomptés, vous êtes mal partis.

Les journaux scientifiques ne publient, quasiment jamais, ce genre d'investigation.

Je me suis toujours demandé, pourquoi ? Pour mon esprit simple et borné, il semblait que de connaître aussi bien le positif que le négatif pouvait, peut-être, avoir de l'importance.

Ce débat a été repris depuis quelques mois par de très bonnes revues médicales et il semble qu'enfin le vent soit en train de tourner.

Pour preuve, le prestigieux New England Journal of Medecine, publie un article du docteur Erick TURNER, de l'université de Portland en Oregon.

Il s'est intéressé aux antidépresseurs. Il a recencé les études qui avaient été enregistrées par la Food and Drug Administration entre 1987 et 2004. Il en a trouvé 70.

Puis tout simplement, il a regardé si ces mêmes études avaient été publiées dans la presse médicale. Il a mis en évidence que 23 n'avaient jamais été éditées. 22 sur 23 démontraient que les antidépresseurs n'avaient pas d'effets thérapeutiques.

Vous conviendrez que le fait d'exclure ces travaux peut modifier ma façon de travailler.

L'effet bénéfique de ces substances a donc été exagéré.

A qui profite le "crime" ? La réponse n'est pas simple, mais le débat vaut la peine d'être lancé.

Le diable se trouve souvent dans des détails.

 

 

 

 

 

06:30 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

22/01/2008

Comment faire... pour bien faire...

Quelques chiffres :

Si nous éliminions la malnutrition, nous pourrions diminuer la mortalité enfantine de 35 %.

En 2005, 2,2 millions d'enfants, de moins de 5 ans, sont morts à cause de ce problème.

Nous avons dépensé, seulement, 250 millions de dollars pour essayer d'améliorer la situation. C'est ridicule.

Pour vous donnez un ordre de grandeur, nous avons investi 3 milliards de dollars pour pouvoir combattre le SIDA.

Cette tragédie concerne principalement 20 pays. Il semble donc possible de mettre sur pied des programmes très ciblés.

Il existe des substituts alimentaires, faciles à utiliser. très bon marché et qui permettent de lutter contre le manque de vitamine A, de zinc, de protéines et de calclium.

Alors pourquoi l'UNICEF doit, chaque année, répéter ce même message.

Est-ce vraiment une question de fatalité ?

Ou un simple manque d'intérêt ?

 

 

 

06:38 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/01/2008

Merci, monsieur Merz !

Vous savez que vous avez des idées géniales.

Je ne sais pas comment vous faites. Peut-être qu'après une bonne nuit de sommeil, vous vous réveillez avec la super meilleure géniale grandiose proposition politique que vous n'avez jamais eu.

La TVA sur la santé est à inscrire à votre tableau d'honneur.

La population suisse vous remercie. Elle, qui avait déjà de la peine à payer ses primes d'assurances maladies, peut voir l'avenir avec confiance et sérénité. Allez, pourquoi pas une petite augmentation en fin d'année ? C'est juste le prix de la crème, lorsque vous buvez un café.

Bon sang, je ne savais pas que la crème à café était aussi chère !

Je tiens quand même à signaler, à vos respectables services administratifs, que la santé est financée, déjà, pour une part majoritaire par nos primes et nos impôts.

Alors passer une troisième fois  à la caisse, c'est un poil énervant et irritant.

Allez, je vous aime bien et, pour le prouver, je vous fais une proposition : Pourquoi ne pas instituer une TVA sur vos super bonnes idées ?

 

 

06:34 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/01/2008

Ah... LA FRANCE...

Vous croyez que Blocher n'a pas été réélu à cause de l'alliance entre les écologistes, le PDC et les socialistes !

Et bien, vous avez tout faux.

Pierre Assouline, dans le Monde2 de ce week-end, nous raconte :"les coulisses d'un vote".

Il faut lire son article, car vous allez enfin découvrir un grand secret. Le responsable de cet non élection est Yves CHRISTEN, qui après avoir été chapitré par un journaliste du Figaro, François HAUTER, a décidé de sauver la Suisse.

J'en suis tout abasourdi.

La France nous aime. Elle nous surveille et comme une mère sévère, mais juste, nous montre la voie à suivre. 

Nous croyons être "indépendant et neutre". Tout faux, l'ASIN doit être en train d'avaler son petit-déjeuner de travers.

Que fait l'armée. Il faut rapidement rappeler notre ambasadeur et envisager de fermer nos frontière.

Peut-être que Napoléon IV veut nous envahir...

Au secours...

 

 

 

10:31 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/01/2008

Une histoire de lit !

L'autre jour, je m'étais posé la question de savoir pourquoi, lorsque je demandais à un patient de se coucher sur le dos, il se mettait systématiquement sur le ventre.

Aujourd'hui, je vous fais part d'une autre constatation. Et là j'ai, probablement, besoin de l'avis éclairé d'un ethnologue.

Si je vous demande de vous étendre, vous allez vous asseoir sur le bord du lit puis vous allonger.

Et bien une minorité de mes patients font une gymnastique incroyable. Ils montent par une des extrémités en se mettant sur les genoux, puis rampent sur le ventre avant de faire un double saut périlleux pour se retrouver sur le dos.

Cela n'est pas très pratique, surtout si vous souffrez d'un lumbago.

Comme cette question me turlupinait, j'ai fait une rapide étude sociologique et j'ai remarqué que les personnes, qui suivaient ce mode faire, venaient en majorité de régions pauvres (surtout campagnardes) d'Europe et d'Afrique du Nord. Les autres régions du monde n'étaient pas concernées.

C'est là que j'ai besoin de l'ethnologue.

Avez-vous une idée ?

 

 

 

 

 

 

 

06:43 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/01/2008

Contre-indications...

Vous avez, je pense, lu, une fois dans votre vie, une notice d'emballage de médicaments.

De toute façon, lorsque vous voyez une pub à la télé pour un traitement quelconque, une voix suave vous conseille de la lire toute affaire cessante.

Si vous avez une mauvaise vue, c'est foutu, votre expérience s'arrête là.

Après avoir déplié le papier, l'avoir tourné dans tous les sens, vous pourrez peut-être trouver le texte en français.

Alors commence une étude sémantique provoquant dans votre corps tous les symptômes de l'angoisse.

Vous vous dites : " Il est complètement cinglé ce toubib. Il m'a prescrit une cochonnerie de première. Il croit quoi, que je vais prendre ce truc..."

Bref votre relation pharmaceutique est brusquemment stoppée.

Il existe une autre variante, plus rigolotte.

Vous prennez votre pilule et vous lisez après.

Alors c'est certain que vous appellez soit votre aimable disciple d'Hippocrate ou le 144.

Conclusion, comme dirait l'autre, ne lisez JAMAIS la notice d'emballage des médicaments.

 

 

 

 

 

06:30 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/01/2008

Ils vont tous arrêter de fumer !

Pékin 2008.

Des conditions idéales pour faire du sport. Des températures "clémentes", entre 30 et 45°. Une douce humidité. Un seuil de pollution stratosphérique.

Je ne vous dis pas l'état de nos athlètes favoris. Ils vont cracher leurs poumons. Leur température corporelle permettra de cuire des oeufs au plat. Leurs déclarations à la presse,après l'effort, risquent d'être d'une clarté à toute épreuve.

Il faut réagir, dès maintenent.

Scientifiques véreux et docteurs Mabuse de tous les pays, unissez-vous ?

Il faut sauver le champion "Ryan".

Allez je vais vous aider. J'ai entendu dire que le Bupropion pourrait permettre à nos joyeux participants de supporter une température corporelle de 42 ° et en plus de ne pas ressentir de fatigue.

Génial..

Et en plus cette substance est en vente libre. Elle entre dans la composition d'un nouveau médicament pour arrêter de fumer, le Zyban.

Vous allez voir, ils vont tous décider de laisser tomber le tabac.

Encore une victoire de la science et de la prévention.

Nous vivons vraiment une époque "fooormidaable"

 

 

 

 

 

06:22 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

15/01/2008

Sale mais sain !

Il avait déjà été démontré que les allergies augmentaient chez les enfants trop protégés de la saleté et qui n'avaient pas de contact avec des animaux domestiques.

Jessica Marshall nous raconte, dans le "NewScientist", que la saleté et les infections protègent contre le cancer. 

Il semble que le système immunitaire a besoin d'un entraînement quotidien. Il faut qu'il puisse s'exercer régulièrement pour pouvoir reconnaître les cellules cancéreuse et les détruire.

Un peu de saleté, le contact avec des personnes malades, quelques rhumes par années et le tour est joué.

Vous allez bénir le collègue qui vient fiévreux au bureau et que n'arrête pas d'éternuer.

Votre thermomètre sera votre meilleure allié.

Vous n'allez plus jalouser vos connaissances en bonne santé, mais plutôt les plaindre.

Invitez les enrhumés !

Evitez les médecins. ils risquent de vous protéger des infections !

J'adore ce genre d'études scientifiques. Elles ont un côté potache.

Mais dans le fond, cela semble logique.

Sérieusement, acceptez d'avoir de temps en temps un refroidissement, ne "stérilisez " pas votre appartement, embrassez votre chien, votre chat, votre cochon ou votre vache et peut-être, aussi, votre femme ou votre mari !

 

 

06:24 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/01/2008

Le ranz des vaches !

L'Espagne a mis enfin des paroles sur la musique de son hymne national.

Les réactions sont constrastées, ce qui montre qu'il est diablement difficile de contenter tout le monde.

Il faut trouver une musique et des paroles qui fédèrent un peuple et qui surtout soient en harmonie avec son "âme".

Et nous, les Suisses, dans tout ça.

Franchement est-ce que nous avons un hymne national ?

J'en doute. La musique ne donne pas de "frissons" et les paroles sont tellement insignifiantes que peu de gens les connaissent.

Il faut donc en changer.

Pourquoi ne pas prendre le ranz des vaches ?

Ce chant est parfaitement en accord avec notre idée de la Suisse. Il met en évidence notre "totem", la vache, et nous rappelle notre mythologie alpine.

Imaginez 30000 personnes reprennant le refrain en secouant forces toupins ?

Si vous avez vécu les spectacles de la Fête de Vignerons, vous pourrez vous imaginer l'effet.

Ce chant est fédérateur, beau et pacifique.

De plus il existe des ranz des vaches dans toutes nos langues nationales.

Il ne faut pas penser que l'abbé Bovet l'a inventé. C'est une très ancienne tradition que de raconter l'histoire de l'alpage et de remercier Dieu de la journée passée.

Qu'en pensez-vous ?

 

 

 

06:39 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |