07/11/2014

Sommes-nous des hypocrites !

 

réfugiés.jpg

 

Quel vent de révolte contre les juges étrangers.

Depuis que la cour européenne des droits de l’homme, organisation à laquelle nous participons, a accepté le recours d’une famille afghane, nous avons tous revêtu notre habit de Guillaume Tell.

Il faut respecter la loi. Un point c’est tout.

La cour européenne ne dit pas autre chose, mais elle ajoute que pour une famille, il faut simplement s’assurer que des conditions d’accueil minimales soient mises en place.

Garantir le regroupement familial, avoir un logement salubre et une possibilité de scolarisation.

Rien d’autre.

L’obligation de rester sur le territoire d’entrée en Europe n’est plus gérable. L’Italie doit assumer la quasi majorité des réfugiés.

Trouvez-vous logique que nous fermions les yeux ?

Vous savez à quoi ressemble notre réaction : a un symptôme d’un état dépressif.

Nous ne voulons plus sortir de chez nous. Nous voulons être protégés. Nous n’avons plus de projet d’avenir à part vivre au jour le jour.

Et surtout nous ne supportons plus l’autre, qui devient une potentielle agression.

Nous ne vivons plus. Nous survivons.

Va falloir mettre en place une psychothérapie collective.

07:03 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/11/2014

Deuxième essai.

 

secret4.jpg

 

Monsieur le Conseiller d’Etat Poggia a présenté dans la presse, hier, l’amendement général qui a pour but de corriger son projet de loi sur le secret médical concernant les détenus potentiellement dangereux.

On ne parle plus de ce satané secret médical mais de collaboration, d’obligation et de la commission de lever du secret.

 

Rappelons d’abord certains faits :

 

  • L’affaire Adeline n’a rien à voir avec le comportement des médecins.

  • La situation actuelle ne pose aucun problème à la Justice et à la direction des prisons.

  • La collaboration existe et elle fonctionne.

  • Il ne faut pas confondre le rôle du médecin expert avec celui du médecin traitant.

  • En cas d’expertise, le secret médical est levé à la demande de l’expertisé.

  • On ne touche qu’au secret médical mais on conserve le secret de l’avocat ou de l’ecclésiastique.

  • Et pour terminer, il n’existe pas, dans la littérature médicale, de critères de dangerosité.

Ce nouveau projet de loi, sous réserve de son examen en commission, semble inutile, car ne modifiant en aucun cas la pratique actuelle.

Un règlement aurait pu suffire.

Il semble que premièrement que l’on veuille faire porter la responsabilité politique de l’affaire Adeline aux médecins.

Deuxièmement, il me semblerait, et j’ai fait cette proposition, plus intéressant de demander au service médical des prisons (qui est en train de devenir un des plus important au monde) de faire un travail de fond sur les critères de dangerosité.

Une fois connus, la discussion pourrait avoir lieu sur des bases solides.

06:35 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

30/10/2014

Vite une Aspirine...

 

ACG.gif

 

La grande question du concours était qui fait quoi.

Réponses obligées pour le 29 octobre.

Résultats,  un bon élève qui a rendu sa copie, les autres pas terribles.

Et en plus, les cancres sont vexés.

Bref comme dirait l’autre, c’est super mal parti.

La nouvelle répartition des tâches entres les communes et l’Etat fait problème.

Le hic, c’est que depuis hier nous ne connaissons que la position du Conseil d’Etat.  

Avec l’impression d’une petite exaspération de la part de notre exécutif cantonal.

Pas très diplomatique comme façon de procéder. Un questionnaire, des coches et des croix à mettre. Froid et peu sexy.

Alors comme dans tout problème, il faut enfiler sa salopette et mettre les mains dans le cambouis pour essayer de comprendre le fond du problème.

Il semble que les relations entre le Conseil d’Etat et l’Association des communes genevoises soient tendues, pour rester urbain.

Avec cette question qui fâche, mais que j’adore poser. A quoi sert l’Association des communes genevoises ?

Structure opaque et peu démocratique ?

Hier à Forum, notre Président de la République, monsieur Longchamp, a, avec une certaine gourmandise, rappelé que 50% des conseillers municipaux avaient démissionné lors de cette législature.

Si je décode, cela veut dire que les législatifs communaux ne servent à pas grand choses et que tout se mitonne au niveau de l’Association des communes genevoises entre gentes dames et beaux messieurs.

Comme élu carougeois, je n’ai aucun contrôle sur cette structure. Et pourtant je vote des lignes budgétaires la concernant. Je ne suis pas représenté (c’est un club exclusivement réservés aux exécutifs).

Je sais, je peux m’opposer à certaines décisions. Mais pour que mon avis compte il faut qu’un certain nombre de conseils municipaux me suivent. Alors on baisse les bras et on se désintéresse. Impossible de gérer correctement les oppositions.

Je ne peux pas admettre qu’à côté de structures démocratiquement élues et représentatives du peuple, il existe un tel lobby.

Il faut de toute urgence une réforme de cette association, pour qu’elle représente valablement les exécutifs et les législatifs communaux et que toutes ses décisions soient entérinées par les législatifs municipaux.

06:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/10/2014

Droit dans le mur...

 

Drize2.jpg

 

Les Vaudois se marrent. Nous ne sommes même pas capables de construire un vrai carnotzet, bien visible, ouvert à toutes et à tous, un lieu de convivialité.

Nous voulons nous démarquer dans le genre luxe toujours trop cher, bref un truc qui sert à rien, une lubie, un jouet qu’on désire oublier au plus vite.

Le problème c’est que ce genre d’idées saugrenues, l’Etat en est familier.

Comme disait Monsieur Broulis, si vous voulez faire des économies vous étudiez les dépenses lignes par lignes et vous supprimez tout le superflu.

Quelques milliers de francs par là, quelques centaines par là et à l’arrivée plusieurs dizaines de millions, sans que les prestations soient touchées.

Tenez un autre exemple pour la route de fin de semaine.

Le PDC Carouge en a parlé dans son blog.

Allez au Rondeau de Carouge et prenez la route de Drize.

Et là vous allez voir un mur qui donne directement sur la route, sans séparation, dans une courbe. Et en plus la chaussée a été rétrécie. Bref tous les ingrédients pour préparer un accident grave.

Et pourquoi… je vous le donne en mille, pour garder un mur d’une importance incommensurable, un témoin de je ne sais pas quoi, une lubie de la protection des sites et monuments.

Par rapport à cette réussite routière, le carnotzet des HUG est de la roupie de sansonnet, une joyeuse blague de potache.

Là nous ne sommes pas à 300 000 ou 400 000 francs, mais à plusieurs millions.

Sans compter que malheureusement, si un accident grave se produit, il va falloir tout reprendre et probablement détruire ce sacré mur.

 

07:01 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/10/2014

Faut-il subventionner les cliniques privées ?

 

cliniques.jpg

 

Depuis quelques années, l’Etat subventionne les cliniques privées en échange de la prise en charge par celles-ci de patients n’ayant qu’une assurance de base.

Le problème, pour les médecins privés, est que ce système est opaque et qu’il est difficile voir impossible d’en bénéficier pour leurs patients.

Cela dépend principalement du bon vouloir de la clinique et du médecin qui y travaille.

Ces critiques avaient été prises en compte par l’Etat qui avait décidé de diminuer la subvention.

Il semble que Monsieur Poggia veuille tout remettre à plat et renâcle a donner  tout ou partie de la somme promise.

Nous avons reçu un courrier très critique de la part des cliniques privées arguant du fait qu’elles étaient moins chères (8%) et que l’Etat donner 9 millions pour la division privée de l’hôpital cantonal.

La question de fond qui pour moi mérite d’être posée est celle –ci. L’Etat doit-il subventionner le privé ?

Pour le groupe PDC du Grand Conseil, c’est clairement non.

Mais cela doit concerner aussi bien les cliniques privées que la division privée de l’hôpital cantonal.

La députation PDC va donc proposer de supprimer ces subventions dans le cadre du budget 2015, pour une somme d’environ 15 millions, et d’utiliser cet argent pour combler les coupes des prestations sociales décidées par le Conseil d’Etat.

 

 

 

06:50 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/10/2014

ça grince au Vatican...

 

Pape.jpg

 

Alors nos charmants évêques et cardinaux, ne veulent pas ouvrir les portes des Eglises.

Ils freinent à fond les manettes.

Diable…permettre à des divorcés et à des homosexuels de vouloir prier et communier.

Mais qui disent nos théologiens en chambre !

Tiens ils n’ont pas parlé des pédophiles. J’en déduis qu’ils sont les bienvenus.

Ridicule, cela sent le renfermé.

Ne t’en fais pas François.

Le petit peuple des fidèles te soutient.

Il est là, autour de toi.

Nous allons écrire à nos évêques que nous voulons que l’amour des autres soit la vertu de notre Eglise.

Pas de différence, pas de rejet.

Une Eglise ouverte et joyeuse qui simplement suit son Pape et le Christ.

Tiens le coup François. On a besoin de toi.

 

07:06 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/10/2014

J'ai honte...

 

honte.jpg

 

Comment peut-on décider de ne rien décider ?

Comment peut-on accepter que nos institutions soient bafouées ?

Ce qui s’est passé vendredi soir est plus grave que l’histoire du verre d’eau.

Un élu a décidé d’empêcher un vote qui ne lui plaisait pas.

Il a usé et abusé de toutes les combines. Il a menti comme un arracheur de dents. Il a hurlé, menacé et le bureau du Grand Conseil (par sa majorité) n’a pas bougé le petit doigt.

Nos institutions vont mal, très mal.

Nous cédons à la violence et à la calomnie.

Un parti d’extrême droite impose sa force et nous nous cachons.

« Allez, on se calme, on fait la paix, ce n’est pas très grave ».

Que faut-il de plus.

Nous sommes des couards.

Ce parti qui n’est ni de gauche ni de droite (slogan du FN) se veut le garant de la volonté populaire, de sa volonté populaire.

Le parlement ne doit être qu’une chambre d’enregistrement de la doxa mcgiste.

Cela ne vous rappelle pas quelque chose…

Les dictatures ne sont que le résultat de petites compromissions et de la lâcheté des gens ordinaires.

Il y a toujours un début.

Il faut un sursaut républicain.

Refusons que la prochain acte législatif, le budget, soit pris en otage par le MCG.

Et n’oublions pas que c’est dans les urnes que nous pourront dire un non massif à ce parti.

 

12:48 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

L'évidence ?

 

Daech.jpg

 

Tous les jours nous pouvons lire des avis, articles, éditoriaux sur ces dingues qui ont créée un sultanat entre l’Irak et la Syrie.

Et pourtant je n’ai pas encore reçu des réponses à mes toutes simples interrogations de candide.

Comment 20 à 30 000 hommes peuvent-ils si rapidement prendre le pouvoir sur un tel territoire, sachant que les opposants syriens, qui se battent depuis des années, sont en perte de vitesse et n’ont jamais pu avoir un tel succès ?

D’où vient l’argent ?

Est-il vrai que l’administration du régime syrien est toujours en place et est payée avec régularité par ce même régime ?

Qui encadre ces soldats ?

Qui les a entraînés ?

On ne s’improvise pas combattants. Il ne suffit pas de brandir une Kalachnikov pour être crédible.

 Très clairement des gouvernements ont participé activement au développement de cette armée.

En donnant de l’argent, en fermant les yeux sur les camps d’entraînement ou pire en la créant et en la souhaitant.

C’est donc à ces pays de faire le ménage et non aux pays occidentaux.

 

 

 

07:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/10/2014

la pédagogie de l'effort...

 

effort.jpg

 

Le conseil d’Etat a mis les TPG devant leurs responsabilités.

La mise en place de la baisse des tarifs se fera sans moyens supplémentaires.

« A vous de vous débrouiller »

Le message est limpide.

Les TPG ont travaillé vite, ils ont proposé des solutions, le Grand Conseil arbitrera.

La même question peut se poser au sujet du budget, avec cette fois le Grand Conseil dans son rôle de Chef d’orchestre.

On vous alloue une enveloppe de X millions par politiques publiques, à vous de faire avec.

Nos 7 conseillers d’Etat sont obligés de défendre leurs prérogatives et leurs services.

Résultat un budget de compromis, très fragile, une mécanique de précision, un effort louable mais sans aucune volonté de réforme en profondeur de l’Etat.

Il ne faut pas se fâcher.

En mettant les TPG devant le fait accompli, le CE les a obligé à se réformer et à faire un travail de prospective qui a longtemps été mis de côté.

A nous de transmettre le même message au Conseil d’Etat.

Il faudra que vous fassiez avec…

 

06:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

30/09/2014

Le bal des coquins...

 

dupes.jpg

 

L’entier d’un Conseil d’Administration prend la porte.

Normal selon le porte parole du Groupe-Mutuel.

Grand morceau d’anthologie hier soir au 19h30.

A voir et à revoir.

Dis, Tonton, pourquoi tu tousses ?

Dimanche votation sur la caisse publique.

Lundi, révélation du « Nouvelliste » sur une enquête de la FINMA et grand coup de balai.

Quelle magnifique gestion des événements.

Donc, il y a des irrégularités comptables dans la gestion de l’assurance privée maladie du Groupe Mutuel.

Cela ne doit pas être de la gnognote pour que le Fondateur, PDC et homme de pouvoir, Monsieur Revaz se fasse remercier, sans petits fours et fanfare.

Le microcosme politique valaisan doit frémir un poil.

Vous allez voir, on va vouloir étouffer l’histoire.

Trop de personnes influentes touchent des prébendes de cette assurance.

Mais c’est trop tard, la boîte de Pandore est ouverte.

Il va falloir faire le ménage.

Monsieur Berset vous devez aujourd’hui annoncer un contrôle en profondeur des comptes des assurances de base du groupe Mutuel.

S’il y a irrégularités cela concerne aussi bien le privé que la base.

Les opposants à la caisse publique ont reconnu des « synergies » entre les deux types d’assurance. Ils ont même donné un chiffre pour toute la Suisse, 400 millions.

Qui paye la secrétaire qui s’occupe des deux types d’assurance ?

Qui paye le loyer des locaux ?

Qui paye les bâtiments ?

Où sont passés les intérêts qui sont dus au placement bancaire des réserves ?

Cela fait des années que je dénonce cette « porosité » entre assurance de base et assurance privée maladie. Cela fait des années que je demande que des contrôles sérieux soient faits. Je l’ai dit et redit pendant cette campagne et pas plus tard que dimanche soir au Grand Genève à chaud.

On a menti à la population et elle n’a pas pu voter objectivement.

Un pur scandale.

Où est passé notre argent ?

 

06:42 | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

29/09/2014

La bataille ne fait que commencer...

 

caisse publique 2.jpg

 

4 cantons romands, plus la région francophone de Fribourg, ont décidé hier de dire non au diktat des caisses maladies.

Les gouvernements de ces cantons ont clairement fait campagne pour une caisse maladie publique.

Des questions ont été posées, aucune réponse n’a été donnée.

Ce n’est pas cette loi sur la surveillance des assurances maladies, votée en urgence juste pour faire dire que le parlement fédéral agit, qui va suffire.

La bataille ne fait que commencer.

Je vais me battre pour que les réserves soient cantonalisée.

Je vais me battre pour que la chasse au bon risque soit interdite.

Je vais me battre pour obliger les caisses à constituer des réserves uniquement au minimum légal et pas au-dessus. Tout ce qui dépasse ce minimum devant être rendu aux assurés.

Je vais me battre pour que les caisses de base soient séparées physiquement des caisses privées.

Une caisse faisant la base ne pouvant plus faire du privé.

Je vais saisir la Cour des comptes pour savoir si elle a la possibilité juridique d’auditer les comptes des caisses maladies travaillant sur le canton de Genève.

7000 francs, en moyenne, par assuré et par an cela suffit (en comptant la franchise minimum et la participation).

14000 pour un couple et 20000 pour une famille avec deux enfants.

Cela suffit.

Des augmentations de primes qui sont plus hautes que l’augmentation des coûts de la santé.

Cela suffit.

Des réserves qui sont plus élevées que le minimum légal.

Cela suffit.

Tous ensemble menons le combat.

 

06:44 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

26/09/2014

Il va falloir prendre nos responsabilités...

 

assurances.jpg

 

Finies les jérémiades, les « que pouvons-nous faire », les « à quoi bon », dimanche votez pour la caisse publique et dès lundi matin créons une caisse publique cantonale genevoise.

Je le répète chaque année.

LES HAUSSES DE PRIMES NE SONT PAS JUSTIFIEES.

Depuis 1996, 138 % d’augmentation pour le canton de Genève.

Les coûts de la santé : + 82 %.

Pourquoi cette différence ?

Simplement votre argent s’en va gonfler les réserves.

Actuellement elles sont à plus de 50% du minimum légal.

Pourquoi ? A quoi cela sert, puis que les réserves sont constituées uniquement pour prendre en charge une épidémie ou un autre gros problème de santé publique.

La réponse est simple : votre argent est placé et rapporte des intérêts et cet argent et bien ciao, dans la poche de nos coquins d’assureurs.

Puisqu’ils ne peuvent pas faire de bénéfices, où est-il caché ?

Il est étonnant qu’on laisse faire et qu’aune plainte pénale pour escroquerie n’ait été déposée par un canton.

106 000 genevois reçoivent des subsides pour payer leur prime.

L’Etat va devoir débourser plus de 250 millions.

On continue cette plaisanterie jusqu’à quand ?

Alors on se fâche et on décide lundi d’assumer pleinement notre politique de santé.

 

05:53 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/09/2014

La haine ordinaire...

 

bouc.gif

 

Une petite graine plantée qui pousse grâce à la sollicitude d’un parti.

Une petite ritournelle qui s’installe dans votre cerveau.

Des soucis professionnels, le stress de la vie quotidienne, la difficulté de se loger et de se déplacer.

Un bouc émissaire tout trouvé, l’étranger celui qui vous pique votre job, qui encombre vos rues.

Il existe, vous le connaissez, vous le rencontrez tous les jours.

Un parti vous le désigne, le stigmatise, c’est le FRONTALIER.

Petit à petit l’énervement devient colère, puis haine.

Chronique d’un rejet de l’autre, d’une petite haine ordinaire.

Et ce parti n’arrête pas.

Son chef, en panne d’idées, en rajoute une couche.

Ses sbires béats devant tant de clairvoyance recrutent les plus fragiles, ceux qui doutent et les endoctrinent.

Pourquoi en parler aujourd’hui…

Simplement parce que dans le rue, j’ai été témoin de propos terribles.

Des gens ordinaires, comme vous, comme moi, intégrés dans la société, avec un boulot et une famille venir me dire avoir des envies de violence contre toutes ses voitures 74 ou 01, qui nous empêchent d’aller rapidement d’un point A à un point B.

Une jeune femme parlant même, avec honte et terreur, d’envies de meurtres.

Je n’invente rien.

Et on continue, sur les stands le samedi, cette fois ce n’est plus la traversée de la rade, mais la loi sur la police.

« Signez Monsieur, Signez Madame, des FRONTALIERS pourront devenir policiers. Et oui, vous vous rendez compte, vous faire contrôler par un frouze »

Propos réels, entendus, une honte, un mensonge, mais on s’en moque et les signatures pleuvent.

Le procès de cet employé des TPG doit également nous faire réfléchir. Vous pouvez déraper, je peux déraper, lorsque tous les jours on vous désigne l’ennemi, on l’instrumentalise on l’expose à la vindicte populaire.

Ce n’est plus un hasard, cela devient un besoin, une rage, un exutoire.

Simplement de la HAINE.

 

06:57 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

23/09/2014

Les lendemains qui déchantent...

 

demain.gif

 

Hier soir une image choc.

19h30, le Téléjournal : 2 chiffres.

13 milliards la dette du canton de Genève.

423 millions, la dette du canton de Vaud.

Un canton qui peut avoir des projets porteurs pour l’avenir, investir, imaginer.

Une autre, le nôtre, qui est contraint à une politique d’austérité.

Notre avenir : la réforme de la fiscalité des entreprises qui va coûter très chère, un probable deuxième sauvetage de la caisse de pension des fonctionnaires, un CEVA à terminer, une politique de la mobilité à financer, des bâtiments scolaires à rénover de toute urgence, une possible traversée de la rade à payer, et un projet de région qui est en train de couler.

Dépressif comme tableau.

C’est le moment de retrousser les manches, d’arrêter les postures et d’œuvrer pour nos concitoyens.

Le test : la discussion sur le budget.

L’échec est interdit.

Une réforme de la caisse de pension est nécessaire.

La vente de certains actifs de l’Etat a étudié de toute urgence.

Le transfert de charges sur les communes incontournables en échange d’une plus grande autonomie.

La mise à plat des subventions.

Une réforme en profondeur de notre système social (des aides pour ceux qui en ont besoin et seulement pour ceux qui en ont besoin).

Et si ces réformes ne sont pas suffisantes et seulement dans ce cas, une hausse des impôts.

 

06:43 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/09/2014

Monsieur Bonhomme et les incendiaires ...

 

incendiaires2.jpg

 

Vraiment ce canton va mal.

Impossible d’obtenir un consensus sur la mobilité.

Berne nous regarde en rigolant et à raison ne veut pas intervenir dans le débat sur une traversée de notre petit bout du lac.

Une Genferei de plus. A force nous allons devenir définitivement une réserve d’indiens.

Les incendiaires ont bouté le feu hier lors de la séance des questions du Conseil national. Ils savaient à dessein que Luc Barthassat allait se faire traiter de menteur. Sur l’échelle de Pinocchio, Messieurs Golay et Nidegger ont une importante longueur d’avance sur notre ministre.

Au lieu de tous tirer à la même corde, de proposer aux genevois un vrai choix, à savoir où mettre la traversée, nous nous querellons stupidement et nous nous ridiculisons.

Car, et ce sera le vrai résultat de cette votation : la traversée nous la voulons et nous ne désirons pas attendre 2050 ou 2060.

Si nous voulons aller de l’avant rapidement, il faudra avancer l’argent.

Donc un partenariat public-privé est obligatoire.

Et ce partenariat n’est pas automatique. Il dépend essentiellement de l’emplacement de cette traversée.

A l’heure actuelle, c’est clairement la grande traversée qui fait l’unanimité chez les potentiels investisseurs.

Venir dire le contraire c’est un degré de plus sur l’échelle de Pinocchio.

Si nous n’arrivons pas à un consensus, rien ne se ferra.

Alors quelques soit le résultat du 28, retrouvons-nous le 29 pour enfin présenter à Berne un projet pour les genevois et défendu par leurs représentants.

 

06:27 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/09/2014

Une année...

 

Adeline3.jpg

 

Le 13 septembre 2013, j’étais KO debout, complètement désarçonné, ne comprenant rien, doutant de tout, m’emportant violemment contre mes confrères psychiatres.

Adeline était morte. Pour rien ?

Elle prenait de grands risques pour défendre une idée magnifique. Réinsérer ceux qui avaient fait le pire, qui s’étaient mis en marge de notre société. Prouver qu’il était possible de tourner la page.

Idées humanistes ou complètement décalées ?

Nous nous sommes battus à quelques uns pour dire qu’elle n’était pas responsable, que nous étions responsables.

Nous pensions que notre gouvernement allait assumer ce dysfonctionnement majeur de nos institutions. Ses excuses m’avaient touché.

Et puis plus rien... Oui c’est vrai des rapports sans suites, à part un renforcement de certaines règles sécuritaires, mais aucune réponses à nos questions sur le contrôle interne obligeant à une surveillance d’une telle institution.

Une impression, comme d’habitude, de chercher des lampistes, ces fusibles si facile à changer.

Le conseil d’administration de des HUG a fâché en se défaussant et en n’assumant ses responsabilités.

Le Conseil d’Etat a essayé de mettre la faute sur les médecins et leur inutile secret médical.

Il a fallu que la parlement décide d’une commission d’experts pour que le directeur de l’hôpital sorte de sa réserve et admette que la responsabilité n’est pas seulement du côté de l’ex-directrice. Un petit pas.

J’attends depuis 1 an que nous assumions cette tragédie, que nous acceptions de dire que nous avons failli.

Je garde cet espoir, pas pour désigner un coupable, mais simplement pour remercier cette femme d’avoir assumé sa tâche sans se plaindre et s’être sacrifiée pour que nous puissions ouvrir les yeux.

06:18 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/09/2014

Tout baigne...

 

 

 

 carte2.jpeg

Je vous avais parlé de l’absence de tout contrôle d’une pièce d’identité lors d’un voyage Genève-Athènes avec la compagnie Swiss. 

Je m’en étonnais.

J’en ai eu la confirmation par le directeur de l’aéroport.

Oui, les compagnies ne contrôlent que la carte d’embarquement et plus du tout le passeport, sauf Easyjet®, lorsque vous voyagez dans l’espace Schengen.

Donc, vous pouvez, sans difficulté, voler sous une fausse identité ou faire voyager quelqu’un sous votre identité.

Et comme les contrôles sont automatisés, une femme peut voyager à la place d’un homme.

Je maintiens que ce système est potentiellement dangereux.

Mais, il semble que tout baigne et que nous pouvons dormir sur nos deux oreilles.

Même si j’ai un gros doute qui me taraude…

Allez, je vais déposer une question urgente à notre bon Conseil d’Etat.

 

06:29 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

02/09/2014

Des moyens considérables !

 

rade.jpg

 

J’ai appris de sources sûres que le TCS allait dépenser 800 000 francs pour sa campagne de soutien à la traversée de la rade.

Je ne rappelle pas, comme sociétaire de ce club, d’avoir donné mon avis sur cette dépense.

Je ne pense pas non plus avoir été approché par une consultation interne pour savoir ce que pensait la majorité de membres, et je peux vous dire que je ne suis pas seul à m’offusquer de cette méthode peu démocratique.

Comme comparaison le PDC, qui a décidé de sa position après une assemblée des délégués et un débat contradictoire engagera seulement 16 000 francs.

De toute façon, l’initiative UDC va être balayée par le peuple.

Avant chaque votation je fais un petit sondage auprès des personnes que je rencontre et pas une seule ne m’a dit vouloir voter la traversée de la rade.

Les lendemains de votation risquent d’être très durs pour la direction du TCS.

07:01 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

01/09/2014

On se trompe de débat.

 

caisse publique.jpg

Force est de constater la faiblesse du débat sur la caisse publique d’assurance maladie.

On argumente sur des détails techniques et on n’en parle pas de l’enjeu.

La question, à laquelle vous devrez répondre, est de savoir qui va piloter la politique de santé.

Vous ou les assurances maladies !

Par rapport à 1996, le début de la LAMAL, les caisses maladies sont devenues de grands groupes économiques actifs dans tous les secteurs de la santé avec des moyens financiers considérables.

Elles peuvent influer, et elles le font, sur toutes les décisions concernant votre santé.

La Confédération et les cantons n’ont strictement plus rien à dire.

Une caisse publique permettra de recentrer le débat en vous donnant le contrôle du système, les caisses redevenant des simples organes de remboursement sans aucune autre implication.

Enfin nous pourrons parler prévention, coûts des traitements, prises en charge des malades, coordination hospitalière, politique de la personne âgée.

En cas de refus, les caisses maladies auront gagné et elles continueront à développer une médecine à deux vitesses, tout pour le privé et rien pour la base.

Vous n’aurez plus le choix de votre médecin et le catalogue de prestation sera réduit.

 

Posez-vous simplement cette question : le système de santé doit-il être piloté démocratiquement ou bien doit-il être délégué à quelques responsables de caisse maladies ?

 

06:42 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

26/08/2014

Failles de sécurité !

 

avion.jpeg

 

Les vacances sont finies. La rentrée politique démarre sur les chapeaux de roue avec la discussion, jeudi, sur le programme de gouvernement et sur la loi sur la police.

Cela va être étonnant et détonnant.

J’y reviendrai.

Mais aujourd’hui mon propos est le résultat d’une petite expérience faite lors de mon voyage Genève-Athènes en avion, avec une escale à Zuerich.

Pas une seule fois mon identité a été contrôlée.

Je veux dire plus clairement que pas une fois on a vérifié si j’étais bien la personne qui figurait sur le billet de l’avion.

Avec notre belle compagnie Swiss, tout est automatisé. Vous devez tout faire, imprimer les cartes d’embarquements, enregistrer vos bagages.

Lorsque vous donnez vos bagages au guichet idoine on vous dit merci et on ne vous demande strictement rien.

Une fois arrivés à l’embarquement, même chose, vous passez votre carte dans un lecteur et ciao.

Donc, vous pouvez très facilement faire voyager une autre personne avec votre propre billet. Et même topo à Zuerich.

Un peu angoissant, non …

 

06:50 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |